Assaupamar/Albioma : les écologistes ont marché sur le Galion

Par 03/09/2016 - 18:45 • Mis à jour le 03/09/2016 - 18:45

Absente des abords du port après les affrontements qui les ont opposés aux forces de l'ordre, les militants de l'Assaupamar n'ont pourtant pas baissé les bras. Toujours fermement contre la construction d'une centrale biomasse au Galion, les écologistes ont organisé une marche de protestation ce samedi matin (3 septembre 2016) avant de planter des arbres en face de l'entrée du chantier.

    Assaupamar/Albioma : les écologistes ont marché sur le Galion
Les militants de l'Assaupamar n'ont pas baissé les bras. Ce samedi matin, ils se sont à nouveau mobilisés contre la construction d'une centrale électrique à biomasse sur le site du Galion à Trinité.

Depuis plusieurs années, l'associaton écologiste conteste ce projet. Pour l'Assaupamar, la pollution aux particules fines générée par la centrale nuira à la santé des Martiniquais. Par ailleurs, le bilan carbone lié à l'exploitation de la centrale serait catastrophique en raison de l'importation de bois pour alimenter le site.

C'est en ce sens que la semaine dernière, ils avaient empêché à des convois de matériel de quitter le port de Fort-de-France. L'intervention musclée des forces de l'ordre avait tout de même ouvert la route vers Trinité aux transporteurs.

Nouvelle stratégie

L'Assaupamar a depuis changé de stratégie. Finies pour l'instant les opérations coup de poing aux portes du port, les militants écologistes étaient réunis ce samedi à Trinité pour une marche entre le rond point de la pointe Jacob et l'entrée du chantier au Galion. Après des prises de paroles, ils ont ensuite planté des arbres face à l'entrée des usines.

"Nous allons employer la technique du harcèlement car pour nous c'est un acte terroriste. 57 camions sont prévus pour prendre le stock sur le port de Fort-de-France. Ces camions là seront très embêtés. Nous allons faire en sorte que cette fois ci on ne se retrouve pas face à la situation de la chlordéconne", a prévenu Olivier Bérisson, président de l'Assaupamar.

Karl Lorand et Sandrine Claude