"C'est une catastrophe pour cette famille", professeur Louis Jéhel, psychiatre

Par 11/10/2016 - 18:11 • Mis à jour le 11/10/2016 - 18:11

Le professeur Louis Jéhel, chef du service psychiatrie du CHUM, s'exprime sur le geste de Brittany, une adolescente qui a mis fin à ses jours dimanche (9 octobre 2016) au quartier Thoraille à Rivière-Salée. Il rappelle l'existence de la cellule S.O.S. Kriz pour prévenir ces gestes désespérés.

    "C'est une catastrophe pour cette famille", professeur Louis Jéhel, psychiatre
Une adolescente de 15 ans s'est donnée la mort dimanche (11 octobre 2016) au quartier Thoraille à Rivière-Salée. Elle était scolarisée au CFA de Rivière-Salée depuis le mois de septembre. Marie-Adèle, sa mère, estime que c'est une situation de harcèlement scolaire qui a poussé Brittany à mettre fin à ses jours. Certains de ses camarades de classe qui se sont confiés pensent que les difficultés n'étaient pas forcément au sein de l'établissement. La direction du CFA préfère ne pas s'exprimer sur le drame, une enquête étant en cours.

Ce geste lourd et triste ne laisse personne indifférent. Pour les professionnels de santé, il faut surtout entourer la famille. "Il faut insister sur la tristesse de la situation. c'est une catastrophe, pour cette jeune fille en premier lieu, pour tous ceux qui sont autour. C'est un deuil terrible. La situation que la famille vit, le choc de voir la violence de cette mort, de voir cette décision tellement disproportionnée qu'a prise cette jeune fille par rapport à ce qu'il se passait. On aurait certainement pu faire quelque chose d'autre pour elle, si on avait compris à quel point elle était en danger", explique le professeur Louis Jéhèl, chef du service psychiatrie du CHU de Martinique.

"Il faut être surtout attentif à aider cette famille. Elle vit là une blessure terrible je pense à la fratrie, aux parents de cette jeune fille. Il est très important qu'on se mobilise vite autour d'eux", ajoute le professeur Jéhèl.

Une ligne d'écoute

Chaque fois qu'un drame de la sorte se produit notamment chez des adolescents nombreux sont ceux qui s'interrogent sur les moyens de prévenir ces gestes. En Martinique, il existe une plateforme d'écoute téléphonique gérée par l'association S.O.S. Kriz. Ouverte de midi à 22 heures, la ligne est accessible à tous, tous les jours.

"Les jeunes, les adultes peuvent appeler. Ils seront en contact avec un membre de S.O.S Kriz qui est un bénévole qui a été formé pour apporter cette aide. Il y a un besoin important de renforcer cette solidarité et d'aider ceux qui en ont besoin", indique le professeur Louis Jéhèl, président de S.O.S. Kriz.

La plateforme est joignable au 0596 42 00 00 (tous les jours de midi à 22 heures).

Karl Lorand et Jessica Dantin

NDLR : La rédaction de RCI a longuement réfléchi à la façon de traiter ce sujet sensible. Nous avons notamment décidé de ne pas diffuser la photo de Brittany quand bien même celle-ci a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. Nous avons également choisi de ne pas divulger les circonstances du décès de la jeune fille. Les spécialistes indiquent qu'en cas de suicide chez les adolescents un phénomène de mimétisme peut être observé dans les jours qui suivent le drame.