Covid-19 : rétrospective de l'épidémie en Martinique

Par 28/12/2020 - 14:16
01/01/2020 - 00:00

En cette fin d'année, l'évènement qui nous aura le plus impacté en 2020 est sans nul doute la pandémie de Covid-19. Voici donc un point de son évolution en Martinique en quelques dates et moments clés.

    Covid-19 : rétrospective de l'épidémie en Martinique

Un emballement de l'épidémie dès le mois de mars

C'est le 5 mars dernier que les premiers cas positifs sont recensés en Martinique : il s'agit d'un couple de quadragénaire venu participer à un séminaire médical. Cinq jours plus tard, un troisième cas est recensé, confirmant la circulation du virus.

Très vite, ce nombre de cas augmente. Les autorités tentent de formuler des réponses pour freiner cette pandémie. On assiste d'ailleurs à quelques cafouillages lors des annonces de la fermeture des commerces non essentiels en France, par exemple. En Martinique, le préfet confirme le 14 mars cette mise en place de la mesure avant de faire machine arrière.

prefet
Point presse Covid-19 par le préfet de Martinique, Stanislas Cazelles  ©RCI Martinique

Le lendemain, le 15 mars, le premier décès liés à la Covid-19 est confirmé par le CHU.

Deux confinements

Et c'est finalement le lundi 16 mars, au lendemain du premier tour des municipales, que le président de la République, Emmanuel Macron, annonce le confinement.

Ce premier confinement sera prolongé jusqu’au 11 mai, soit un mois et 25 jours. Huit longues semaines durant lesquelles la Martinique a vécu au ralenti : fermeture des écoles, des administrations publiques et des commerces dits non essentiels, mise en place des attestations de déplacement, fermeture progressive des liaisons aériennes et maritimes avec la Caraïbe, puis avec l'hexagone. Le télé-travail est généralisé et la population doit apprendre à vivre avec le virus.

confinement fort-de-france
La ville de Fort-de-France confinée ©RCI Martinique

Les autorités mettent d'ailleurs en place une communication quotidienne sur ces chiffres de la pandémie le 11 mai, à la sortie du premier confinement. Notre territoire totalisait 187 cas confirmés et 14 décès liés à la Covid-19.

La vie avait alors repris progressivement son cours avant l'arrivée de la seconde vague et du second confinement. Les chiffres, eux, n'ont cessé de grimper depuis. Au dernier point effectué par l'ARS la semaine dernière, 6 049 cas positifs et 42 décès sont recensés en Martinique.

Une vague de critiques sur la gestion de la crise par les autorités

Dès la fin du mois de février, les critiques pleuvent quant à la gestion de la crise par les autorités.

L'arrivée des bateaux de croisière en Martinique suscite la colère des militants RVN qui tentent de s'opposer au débarquement de ces touristes devant prendre l'avion pour repartir vers l'hexagone. Des mobilisations ont aussi lieu devant les terminaux de croisières pour tenter d'empêcher les escales, voire les évacuations sanitaires. Un incident survient également sur l'autoroute, alors que la saison des croisières se poursuit malgré cette crise sanitaire.

Le samedi 29 février, un bus chargé d'emmener des touristes arrivés par avion vers le terminal croisière est caillassé puis immobilisé sur l'autoroute par des activistes.

bus saïthsootane
Le bus de la société de transport Saïthsootane, transportant les touristes, dégradé par les militants  ©RCI Martinique

Les militants sont en colère face au comportement des autorités locales, pas assez préoccupé selon eux par la protection de la population martiniquaise. Les touristes, eux, ressortent choqués.

Une autre vague de critiques prend forme durant le deuxième confinement.

commerces non essentiel
Manifestation des Noms Essentiels devant la préfecture      ©RCI Martinique

De nombreux acteurs économiques et chefs d'entreprises montent au créneau, réunis sous l'appellation du Collectif des Noms essentiels pour dénoncer l'application de ces restrictions nationales en Martinique. Une application injustifiée, selon eux, aux vues des chiffres de la pandémie sur l'île. Ce mouvement de contestation sera finalement soutenu par plusieurs parlementaires et élus locaux.

Tags