Crash de Maracaibo : le programme des commémorations

Par • Mis à jour le 07/08/2015 - 23:21

Cela fait déjà 10 ans qu’un avion transportant à son bord 152 Martiniquais s’est crashé. Entre le 8 août et le 22 août, plusieurs cérémonies pour leur rendre hommage sont programmées.

    Crash de Maracaibo : le programme des commémorations
Le 16 août 2005, un avion en provenance du Panama fait route vers la Martinique. Il n’y arrivera jamais. Il s’écrase dans une région montagneuse de l’Ouest du Venezuela, appelée Serrania de Perijà. Parmi les 160 personnes à bord, 152 étaient des passagers Martiniquais. Les huit autres victimes sont les membres d'équipage, d’origine colombienne. Il n’y aura aucun survivant.

Le témoignage des proches des victimes est encore douloureux : « On ne pourra pas passer à autre chose tant qu’on ne saura pas. Si on ne sait pas ce qu’il s’est passé, si on n’a pas de réponse, on a le sentiment de ne pas savoir pourquoi on les a perdus, c’est une frustration énorme au quotidien. C’est quelque chose qui vous rend fou. 10 ans c’est long mais en même temps c’est court car il y a des évènements de cette période dont je me souviens comme si c’était hier, comment je l’ai appris par exemple. Je l’ai appris au téléphone, quelqu’un cherchait à joindre ma mère. Et quand je lui ai dit « non elle n’ai pas là, elle revient demain », je croyais qu’ils avaient eu un jour en plus comme ils sont partis avec du retard. Quand j’ai demandé à cette personne de quel avion elle parlait, elle m’a répondu « de l’avion qui est tombé.

C’est comme cela que j’ai appris le décès de mes deux parents. C’était il y a 10 mais c’était hier. » Le témoignage s’arrête brutalement. La personne qui se livre, finit par succomber à l’émotion et éclate en sanglots.

D’autres fils, filles, frères, soeurs, pères, mères, oncles, tantes racontent la souffrance qu’ils subissent chaque jours depuis 10 ans.
« Forcement au bout de 10 ans la douleur s’attenue un peu mais elle est toujours là. Ces jours-ci, il y a un élément qui nous perturbe, nous les familles des victimes, c’est le crash de la « Malaysia Airlines » où l’on vient de retrouver un morceau d’avion. Cela a fait remonter quelques vieux souvenirs, des vieux démons. Ce crash là, restera une douleur terrible pour les familles, même 10 ans après. J’ai la malchance de travailler dans ce secteur et de rencontrer beaucoup de famille qui comme moi ont perdu des proches dans les catastrophes aériennes, nous parlons beaucoup. La douleur est toujours là, peut-être que le temps l’a un petit peu atténuée mais elle n’a pas été guérie. »

Pour ne pas oublier ces 152 martiniquais, l’Association des Victimes du Crash Aérien (AVCA) a mis en place plusieurs manifestations entre le 8 et le 22 août. Aussi bien en Martinique qu’en Amérique Latine.

- Le samedi 8 août, une randonnée est programmée entre le Lamentin et Saint-Joseph, le départ est à 6 heures 30 devant le Palais des Sports du Lamentin.

- Le dimanche 9 août, un flash mob est organisé sur le Malecõn de Fort-de-France.

- Le samedi 15 août, un diaporama et une conférence sont prévus à l’Office de la Culture du Lamentin.

- Le dimanche 16 août, à l’espace Camille Darsières à Fort-de-France à partir de 20 heures, plusieurs animations permettent de tenir jusqu'à 3 heures 10. C’est à dire l’heure du drame il y a 10 ans jour pour jour. A cette heure, les tambours résonneront en mémoires des disparus.

- Le même jours à partir de 9 heures, vont se succéder messes, dépôts de gerbes, projection d’un documentaire, débats, concert de gospel et pour finir la cérémonie des lumières avec le dépôt des 152 bougies.

- Le lundi 17 août, à la médiathèque du Lamentin, il y a un vernissage d’une exposition sur le crash.

En Amérique Latine, une délégation de l’AVCA va se déplacer pour commémorer la mémoire des passagers.

- Au Panama, le mercredi 19 août, une plaque sera déposée au cimetière français.

- Le vendredi 21 août, au Venezuela une gerbe sera déposée sur les lieux de l’accident.
Le lendemain, la délégation se rendra sur le lieu du drame pour déposer à nouveau une gerbe, cette fois, prés de la stèle en hommage aux victimes du crash au cimetière-jardin de Maracaibo.

Xavier Chevalier et Peggy Saint-Ville