Déchets ménagers : quand l'incinérateur de Dillon à Fort-de-France n'en peut plus...

Par 13/10/2016 - 14:47 • Mis à jour le 13/10/2016 - 14:47

Quarante-huit heures après la reprise des réceptions de déchets ménagers à l'usine d'incinération de Dillon, cette dernière s'est retrouvée à saturation mercredi 12 octobre 2016 en fin de matinée. Comme le vendredi 7 octobre 2016, le directeur de l'établissement a été une nouvelle fois contraint de suspendre les opérations de réception des ordures. Jusqu'à quand ? Et que dire de nos habitudes et de notre folle production de déchets ?

    Déchets ménagers : quand l'incinérateur de Dillon à Fort-de-France n'en peut plus...
Bis répetita... Comme vendredi dernier 7 octobre 2016, la direction de l'unité de traitement et de valorisation des déchets ménagers (UTVDM), mieux connue comme l'incinérateur de Dillon (Fort-de-France, MQ) a été contrainte, mercredi 12 octobre, d'interrompre les opérations de réception des camions à benne à ordures.

Pourtant, la réouverture de l'usine aux camions à ordures avait comme prévu repris le lundi 10 octobre 2016. Le week-end avait été mis à profit, l'usine tournant à plein régime, pour incinérer plusieurs centaines de tonnes de déchets ménagers et épuiser le stock.

Sauf que dès la soirée du mardi 11 octobre, la situation devenait de nouveau tendue au point d'aboutir mercredi en fin de matinée à une nouvelle interruption des livraisons de déchets. Et pour cause, lles ordures qui n'avaient pu être livrées durant trois jours ont été plus volumineux encore.

Ajouter à cela, le ralentissement du traitement des déchets et l'humidité qui retarde leur incinération, la production toujours plus importante de déchets ménagers et le tri de ces déchets pas toujours respecté par les usagers, tout cela ne contribue pas à améliorer la situation.

Jeudi 13 octobre, la situation n'avait pas évolué et les palliatifs en termes de stockage provisoire ne pouvaient être mis en en œuvre. Ce vendredi 14 octobre 2016, le sujet devrait être au centre d'une réunion en préfecture. Et au train où vont les choses, il n'est pas sûr de pouvoir rouvrir l'accès de l'incinérateur avant lundi.