Des ventes de matelas à domicile suspectes

Par 03/04/2019 - 07:40 • Mis à jour le 03/04/2019 - 07:40

La vente à domicile est un eldorado où sévissent des commerciaux pas toujours scrupuleux. Leur cible favorite : les personnes âgées.

    Des ventes de matelas à domicile suspectes

Des matelas ou un ravalement de façade, voici les produits et les services à la mode dans la vente à domicile en ce moment.

Des activités très encadrées par la loi mais qui ne sont pas exemptées de certains abus ou certaines entorses au règlement.

Par exemple, la loi précise les vendeurs à domicile ne doivent pas repartir avec un engagement financier du client. Le client ne doit donc pas lui donner de chèque et encore moins d’espèce avant 7 jours. Pourtant la pratique est courante selon ces mêmes vendeurs qui assurent déposer le chèque à la date convenue avec le client.

À noter que le client a aussi 14 jours pour se rétracter. En cas de non respect de ces obligations par le vendeur, ce dernier est passible d'une peine maximale d'un an d'emprisonnement et de 3750 € d'amende.

Des vendeurs sans scrupules

Des sanctions encourues qui n'empêchent pas des abus flagrants notamment à l'encontre des personnes âgées. C'est ce qui est arrivé aux parents de Fred. Tous les deux âgés de plus de 80 ans, ils ont été fortement incités à acheter un matelas dernier cri à 2500 euros. Leur fils a découvert que les vendeurs avaient simplement déposé deux matelas bas de gamme l'un sur l'autre dans leur chambre.

Certaines de ces entreprises qui sillonnent l’île pour vendre des services ou des marchandises ne sont pas immatriculées en Martinique. Elles assurent d’ailleurs venir chez nous par le biais de salon comme celui de l’Habitat. Pourtant, les organisateurs du dit salon assurent ne pas les connaître.

La DIECCTE connaît bien ces pratiques qui ne datent pas d'hier. Régulièrement, ces commerçants s'invitent en Martinique avec leurs produits bas de gamme ou inutiles comme des couvertures chauffantes.

Pourtant, la vente à domicile étant légale, les autorités ne peuvent que rappeler les règles qui l'entourent. De leur côté, les professionnels de la literie recommandent de se méfier de ces vendeurs aux méthodes parfois limites.

Le reportage de Fanny Marsot :