Il y a 29 ans, Eugène Mona décédait

Par 21/09/2020 - 08:45
01/01/2020 - 00:00

Il y a 29 ans, la Martinique perdait l'un de ses artistes les plus emblématiques. Le charismatique Eugène Mona décédait à l'âge de 48 ans. Tous les matins, retrouvez les Grandes dates du jour à 7 h 22 avec Vincent sur RCI.

    Il y a 29 ans, Eugène Mona décédait

Le 21 septembre 1991, Georges Nilécam dit Eugène Mona disparaissait frappé d'une congestion cérébrale à son domicile de Morne Calebasse sur les hauteurs de Fort-de-France.

La nouvelle du décès du joueur de flûte des mornes aux pieds nus plongeait la Martinique dans le deuil.

Né au Vauclin en 1943, Eugène Mona était devenu au cours de sa vie et sa carrière le porte drapeau d'une musique des mornes sophistiquée et élaborée. De sa voix puissante, l'homme qui mis le tambour au centre de la scène cultuelle a chanté la vie quotidienne de la paysannerie martiniquaise, la condition des noirs, l'histoire de la Martinique. Une histoire qu'il avait incarnée aussi au cinéma en interprétant un rôle dans le chef d'oeuvre d'Euzhan Palcy adapté du roman de Joseph Zobel, Rue Cases Nègres.

Bientôt trente ans après sa mort, la musique d'Eugène Mona continue à travailler la conscience des Martiniquais. Des titres comme Face à Face,

ou encore Bwa Brilé résonne de façon particulière aux oreilles de ceux qui les écoutent avec attention.

 

Eugène Mona a également raconté la politique martiniquaise. Dans la chanson Mi Lago, il raconte la dispute électorale entre Alfred Marie-Jeanne et Rodolphe Désiré lors des sénatoriales de 1977.

 

Figure quasiment mystique et légendaire, la vie artistique de Mona s'apparentait à un sport de combat contre la colonisation et l'assimilation culturelle. Ses musiciens ont souvent raconté la préparation physique qu'il leur imposait avant les tournées.

"Mona, le jazzman créole entraîne dans le sillage de sa flûte des mornes, un peuple, le sien, en quête de repères propres", a écrit de lui Nathalie Glaudon, auteure d'un documentaire de 52 minutes consacré à cette icône martiniquaise.

 

Eugène Mona était également le symbole du proverbe "La vi artis red". Malgré l'admiration qu'il suscitait dans certaines couches de la population, l'artiste a dû faire appel à la générosité de la population pour pouvoir monter ses projets. C'est ce qu'il dit dans cet entretien télévisé enregistré et diffusé peu de temps avant sa mort.

Comme il l'avait prédit, c'est après sa mort qu'Eugène Mona a pris une dimension patrimoniale en Martinique. Les hommages, les places portant son nom se sont succédés. En 2013, le collège du Marigot est devenu le collège Eugène Mona

En juillet 2020, la chaîne européenne Arte a consacré un long reportage audio à la figure d'Eugène Mona. Un documentaire à retrouver en cliquant ici.

Retrouvez les grandes dates du jour avec Vincent sur RCI, tous les matins à 7 h 22.

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.