La 4G arrive aux Antilles à compter du 1er décembre 2016 avec un quatrième opérateur en prime : Free Mobile

Par • Mis à jour le 14/10/2016 - 01:00

Mise à jour le 14/10/2016 à 12:40 - Huit mois après un appel à candidature, l'Arcep (l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a attribué de nouvelles fréquences 3G/4G à des opérateurs de téléphonie mobile outre-mer. Aux Antilles, elle en a choisi quatre parmi lesquels Free Mobile. Second lauréat après Orange Caraïbe, Free devance Outremer Telecom et Digicel AFG dans le classement publié par l'Arcep ce jeudi 13 octobre 2016. Un nouveau venu qui risque de pimenter l'offre de téléphonie mobile aux Antilles.

    La 4G arrive aux Antilles à compter du 1er décembre 2016 avec un quatrième opérateur en prime : Free Mobile
Sans délai ! Quelques heures à peine après l'annonce par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) ce jeudi 13 octobre des lauréats à l'attribution de nouvelles fréquences mobile en Outre-mer, le Groupe Iliad de Xavier Niel (maison mère de Free) Mobile s'est réjoui d'avoir été retenu parmi les quatre opérateurs mobile choisis.

Et il annonce d'emblée la couleur. D'abord, le déploiement du réseau (4G) sera lancé sans délai"

Fidèle à la stratégie inaugurée à son arrivée sur le marché mobile métropolitain, le Groupe annonce "des offres simples, généreuses, innovantes et à des prix attractifs". Il entend ainsi "assurer la continuité territoriale" et "mettre un terme aux discriminations tarifaires qui existent aujourd'hui entre les Outre-mer et la métropole et que rien ne justifie". Et ce sont cent millions d'euros qu'il envisage d'investir dans ce projet".

Une arrivée très observée par la concurrence


Reste que Orange Caraïbe et Outre-mer Telecom (qui comme Free Mobile ont obtenu des fréquences dans la bande des 800 MHz) ainsi que Digicel AFG semblent avoir anticipé l'arrivée de ce 4ème et nouvel opérateur de téléphonie mobile sur leur marché. Autant dire qu'ils ne resteront certainement pas inertes face à ce trublion du mobile.

On peut néanmoins s'interroger sur la capacité de Free, en l'absence de logistique aux Antilles, à se déployer son réseau 4G "sans délai". En sera-t-il vraiment capable ? Ou les opérateurs déjà présents aux Antilles devront-t-ils passer des conventions avec Free Mobile, sous la pression de l'Arcep, pour l'abriter sur leurs installations dans un premier temps ? La question n'est pas anodine si l'on se souvient de ce qui s'était passé dans l'hexagone.

Les semaines qui viennent devraient permettre d'en savoir plus sur ce point. Que va-t-il se passer maintenant ? Selon l'Arcep, il sera procédé à un échange avec les opérateurs dans le but de positionner précisément les fréquences de chacun dans les bandes prévues.

Une fois cette étape passée, "l'Arcep attribuera ensuite les fréquences aux opérateurs en vue de permettre une ouverture commerciale de la 4G au 1er décembre 2016".

Orange Caraïbe salue sa place de lauréat n°1

A l'instar des trois autres qualifiés pour la 4G, Orange Caraïbe se réjouit d'avoir été retenu certes, mais pas que. L'opérateur historique "se félicite du classement et de l’attribution des meilleurs lots de fréquences 4G aux Antilles-Guyane".

Il relève en outre que "selon l’Arcep et pour l’ensemble des territoires : « Orange Caraïbe se démarque des autres candidats au regard de la crédibilité et de la cohérence de son plan de déploiement et du dimensionnement de son réseau au vu des investissements et des objectifs en matière de couverture et de qualité de service qu’il a annoncés »."

Une carte que l'opérateur mobile entend jouer à fond. "Il s’agit, pour Vincent Poujol, directeur Orange aux Antilles-Guyane, d’une excellente nouvelle pour nos clients qui pourront bénéficier dès le mois de décembre (sous réserve de l'attribution définitive des fréquences par l'Arcep) des avantages de la 4G et des services du Très Haut Débit Mobile pour une expérience incomparable".

Dans un communiqué, fier de son titre de lauréat n°1, Orange Caraïbe en profite pour avancer ses atouts. Et en autres :

"la couverture 4G avec des débits jusqu’à 150Mbps sera comparable à la couverture 4G actuelle de métropole ; les zones denses bénéficieront par ailleurs, dès le mois de décembre, d’un réseau 4G+ avec des débits jusqu’à 300Mbps. Ces nouveaux débits vont changer fondamentalement l’expérience de l’internet en mobilité pour les clients aux Antilles-Guyane".

Chez Digicel, on n'est pas non plus en reste. On s'est préparé à cette perspective et c'est la satisfaction qui prévaut. Pour Sébastien Aubé, de la direction de Digicel, un plan de mise à niveau du réseau a été entamé et va se poursuirve. Il doit permettre de l'optimisersur la bande des fréquences de 700 MHz.
Quant à l'arrivée d'un nouvel opérateur (Free Mobile), "on a déjà connu cela quand on est passé de deux à trois opérateurs". Il précise que "le fonctionnement de Digicel a toujours été dans la compétition pour offrir les meilleurs forfaits, les meilleurs prix" et qu'il entend "développer cet axe de générosité" ainsi que son positionnement caribéen pour promouvoir des services en lien avec la zone géographique dans laquelle on se trouve".


On retiendra enfin que la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts et la secrétaire d'Etat chargée du numérique et de l'innovation Axelle Lemaire se sont réjouies de l'attribution de ces fréquences 3G/4G par l'Arcep. Elles ont notamment salué l'arrivée de nouveaux opérateurs (Free mobile aux Antilles Guyane et ZEOP Mobile à la Réunion). De "nouveaux acteurs qui stimuleront la concurrence, au bénéfice des consommateurs ultra-marins et du développement de services innovants".

« Le très haut débit mobile répond à une attente forte et légitime des territoires d’Outre-mer pour renforcer leur attractivité. L’arrivée de nouveaux opérateurs rendra ces services essentiels plus abordables pour les Ultramarins. L’entrée d’opérateurs locaux constitue aussi une reconnaissance de la qualité de leur offre. Nous serons vigilants à ce que ceux-ci puissent déployer leurs réseaux dans de bonnes conditions » (Ericka Bareigts)

« Avec ces nouvelles fréquences, nous achevons de donner les moyens, à l’ensemble de la population de notre pays, d’accéder au très haut débit mobile. En ayant mis l’accent sur l’aménagement du territoire et le caractère abordable des offres, nous nous assurons aussi que ce développement profite au plus grand nombre ». (Axelle Lemaire)

Jean-Philippe Ludon, Sullyvan Daphné et Karl Lorand
@jpludonrci