La Chambre Régionale des Comptes confirme l'état catastrophique des finances du CHUM

Par • Mis à jour le 21/12/2017 - 11:41

Dans un rapport publié mercredi (20 décembre 2017), la Chambre Régionale des Comptes met à nouveau le doigt sur les difficultés financières du CHUM. À quelques jours du placement sous administration provisoire de l'hôpital martiniquais l'analyse des magistrats confirme la situation alarmante.

    La Chambre Régionale des Comptes confirme l'état catastrophique des finances du CHUM

Un déficit de 108 millions d'euros fin 2015 et 252 millions d'euros de dette financière. 100 millions d'euros de dette fournisseurs avec des factures réglées à 300 jours. Voici les chiffres qui dessinent la situation alarmante des finances du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique. "Trois ans après la décision de fusion, la situation financière du CHRUM demeure donc sinistrée", constatent les magistrats de la CRC.

Dans son rapport, la Chambre Régionale des Comptes met en lumière tous les dysfonctionnements de la structure hospitalière de 2009 à 2015. Dans son viseur justement, on trouve la fusion entre Pierre Zobda Quitman-MFME, Mangot Vulcin et l'hôpital Louis Domergue de Trinité. Une fusion décidée en 2013 et qui n'est toujours pas effective à ce jour.

C'est cette fusion qui avait révélé les difficultés du secteur hospitalier en Martinique et conduit à la mise en place d'un plan de retour à l'équilibre sous l'égide de l'ARS. Ce plan qui prévoyait 900 suppression de poste n'a toujours pas été mené à bien relève les magistrats. Ces derniers soulignent que en 2015, "les rémunérations versées ont atteint 134,4% des recettes d'activité, hors dotations". Des chiffres éloquents.

Outre des frais de fonctionnement démesurés, la politique d'investissement est vertement critiqué. La CRC met en lumière la "succession d'investissements redondants, comme l'illustrent l'ouverture en 2008 de la Maison de la femme, de la mère et de l'enfant (maternité de niveau III) et la construction en 2011 d'une maternité au Lamentin à 10 kilomètres de Fort-de-France"

Mais il y a encore plus grave que la situation financière du CHUM. La CRC note ainsi que malgré les recrutements dithyrambique la qualité des soins n'est pas à la hauteur dans certains secteur. "Sur le plan médical, la haute autorité de santé (HAS) a fait été en avril 2015 d'un nombre important de réserves majeures et de réserves sur la qualité et la sécurité des soins", peut on lire dans le rapport. Un constat qui fragilise l'habilitation universitaire, l'un des trois piliers du CHUM avec les soins et la recherche.

L'ensemble de ces facteurs font écrire aux magistrats que les décisions prises entre 2009 et 2015 ont eu pour effet de disperser l'argent public. Dans ses recommandations la Chambre Régionale des Comptes se concentre sur la maîtrise de la commande publique et l'encadrement plus strict de la masse salariale. Des recommandations effectuées avant l'annonce du placement sous administration provisoire du CHU qui doit intervenir le 3 janvier 2018.