La baisse de la population se poursuit inexorablement en Martinique

Par 29/12/2020 - 13:30
01/01/2020 - 00:00

La baisse de la population continue en Martinique. Comme chaque année, l'enquête de l'Insee sur la population légale confirme cette tendance. Autre mauvaise nouvelle, l'écart entre le taux de natalité et le taux de mortalité se réduit lui aussi.

    La baisse de la population se poursuit inexorablement en Martinique

Au 1er janvier 2018, 368 783 personnes* résident en Martinique, soit 16 768 personnes de moins qu’en 2013. La baisse de 0,9 % par an depuis 2013 s’explique par des départs du territoire plus nombreux que les arrivées. Ces nombreux départs, vers la France métropolitaine essentiellement, concernent en grande partie les jeunes qui poursuivent des études ou cherchent un emploi.

Les communes du Nord sont les plus touchées par ce déclin démographique. Bien que Fort-de-France soit la commune la plus peuplée avec 78 126 habitants, elle est également celle qui perd le plus d’habitants. Fort-de-France perd 6 048 habitants entre 2013 et 2018, soit – 1,5 % en moyenne par an. Cette baisse s’accélère par rapport à 2008-2013 (– 1,1 %).

Seulement 6 communes voient leur population augmenter. Il s'agit du Lamentin, de Ducos, de Bellefontaine, du Marin, du Saint-Esprit et de Grand Rivière.

carte baisse population.JPG

L'inquiétant recul du taux de natalité

Si le solde naturel, c'est à dire la différence entre les naissances et les décès reste positif, il est en net recul sur la période 2013-2018. Le solde des entrées-sorties n’est pas compensé par l’excédent des naissances sur les décès qui diminue.

Ce ralentissement est dû à la fois au plus grand nombre de décès (avec l’arrivée à des âges élevés des générations nombreuses
du baby-boom) et au recul des naissances. Le taux de variation annuel moyen dû au solde naturel (définition) est passé de + 0,5 % entre 2008 et 2013 à seulement + 0,2 % entre 2013 et 2018.

Cette dégradation du solde naturel renforce l’effet migratoire et accélère le déclin démographique.

*Cette étude s’appuie sur les populations communales, dites « populations municipales légales », issues des recensements de la population réalisés par l’Insee, en partenariat avec les communes, en date de référence au 1er janvier 2018, au 1er janvier 2013 et au 1er janvier 2008. Les données portent sur la France hors Mayotte.

Tags