La lutte continue entre l’Assaupamar et les dirigeants de la future centrale au Robert

Par 21/08/2016 - 17:34 • Mis à jour le 21/08/2016 - 17:34

Le bras de fer continue entre l’Assaupamar et les dirigeants de la future centrale Albioma au Robert. Ils ont tenté de retarder les livraisons de matériels, ce vendredi 19 août 2016.

    La lutte continue entre l’Assaupamar et les dirigeants de la future centrale au Robert
L’Assaupamar ne compte pas lâcher le bras de fer entamé depuis plusieurs mois contre les dirigeants de la future centrale Albioma au Robert. Cette centrale doit voir le jour en 2017.

Les militants de l'association ont tenté, ce vendredi 19 août 2016, de retarder les livraisons de fours pour l'usine d'électricité depuis le port de Fort-de-France vers le site du chantier au Robert.

L’association écologiste Assaupamar pointe du doigt les rejets de particules fines dans l’air de cette future centrale.

Au micro de Xavier Chevalier le président Olivier Berisson dénonce "le fait que depuis le départ, cette usine se construit alors qu'il y a une action au tribunal. On aurait dû avoir la patience d'avoir les résultats de cette action avant de commencer. On voit que la justice n'est pas respectée dans ce pays.

Nous disons aux martiniquais qu'on arrive à un point de non retour. Si on laisse ce convoi se faire on aura beau parler, l'usine sera montée.

C'est le moment de se mobiliser et d'empêcher ce convoi de sortir du port. Nous nous appuyons sur ce que la Cop 21 a signalé que toutes les régions du monde doivent produire de l'énergie à partir de ses propres ressources. »

La centrale Galion 2 qui fournira de l’électricité par combustion de biomasse, doit voir le jour en 2017. Pour l’association, cette usine représente une réelle menace pour l’environnement.

Sullyvan.D avec Xavier Chevalier