Le Carbet en lice pour une récompense environnementale

Par • Mis à jour le 21/11/2017 - 09:01

C'est ce mardi soir (21 novembre 2017) à Paris que sera remis la 6e Palme de l'IFRECOR. Parmi les trois collectivité en lice pour recevoir cette distinction environnementale, on trouve la commune du Carbet. Cette présélection fait déjà la fierté de la municipalité.

    Le Carbet en lice pour une récompense environnementale

La ville du Carbet fait partie des trois villes présélectionnés pour la 6e édition de la palme IFRECOR (Initiative Française sur les Récifs Coralliens) 2017. Elle est en concurrence avec la province du Nord en Nouvelle Calédonie et  la mairie de Bouéni à Mayotte.

Une fierté pour la ville qui concourrait pour la toute première fois. Cette sélection vient récompenser une démarche engagée depuis quelques temps. La ville s'est engagée dans une démarche de valorisation et préservation de son environnement. Elle a créé très récemment deux zones protégées. 

"C'est une reconnaissance. Cela a une valeur d'exemple pour le Carbet et la Martinique. Cela montre que nous savons prendre des initiatives. Et puis dans notre petite commune, les marins pêcheurs et les plaisanciers qui se fréquentent arrivent à s'entendre et à se dire on va faire quelque chose pour le Carbet. Le but quand même c'est que ça fonctionne. Etre retenu c'est déjà une grande victoire", commente Jean-Marc Cardon, élu en charge de la pêche  et la protection de l'environnement à la mairie du Carbet

L'objectif est d'assurer la reproduction des espèces en interdisant la pêche et les prélèvements. Le projet a été sur pied grâce à une collaboration efficace entre les marins pêcheurs et les élus de la ville qui se sont entendus sur deux zones bien précises : du côté du Marouba et vers Saint-Pierre sur la plage de l'anse Turin.

"Dans la zone près du Marouba, il y a pas mal de récifs coralliens le long de la falaise et des herbiers. Du côté de l'Anse Turin, il y a une épave entre 3 et 8 mètres de fond. Elle est très riche en éponge, en poisson, coraux puisque toute cette vie là s'est fixée sur l'épave. Ce sont deux zones où il est interdit de pêcher et de mouiller avec une ancre. Des mouillages seront mis en place à l'attention des plaisanciers", explique Mathilde Brassie, responsable du pôle mer et développement durable au Carbet des Sciences.

En parallèle, d'autres projets verront prochainement le jour parmi lesquels, un sentier sous marin toujours à l'Anse Turin. Il s'agira du troisième du genre en Martinique avec ceux des Anses d'Arlets et du François.

Le nom du lauréat sera dévoilé ce mardi soir  par la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin à l'occasion d'une cérémonie au ministère des Outre-Mer.