Le décret de création du parc naturel marin de la Martinique bientôt signé par Ségolène Royal

Par • Mis à jour le 17/03/2017 - 00:52

La ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer Ségolène Royal a quitté ce jeudi la Martinique au terme d'une visite de deux jours. De la signature d'une convention de Territoire à énergie positive pour la croissance verte avec la CTM à la signature prochaine d'un décret de création d'un parc naturel marin en Martinique, retour sur sa visite.

    Le décret de création du parc naturel marin de la Martinique bientôt signé par Ségolène Royal
La ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer Ségolène Royal a quitté ce jeudi, 16 mars 2017, la Martinique pour la Guyane au terme d'un séjour d'un peu moins de 48 heures. Elle doit participer à Cayenne à la 14ème Conférence des parties à la convention de Carthagène pour la mise en valeur du milieu marin de la région des Caraïbes, en liaison avec le Programme des Nations Unies pour l'Environnement".

Le milieu marin a d'ailleurs figuré, mercredi, à l'agenda de la dernière journée de la ministre en Martinique. A l'issue d'une réunion en préfecture, Ségolène Royal a annoncé la signature prochaine d'un décret créant un parc naturel marin en Martinique.

Il portera à neuf le nombre de sites français à bénéficier de ce statut. Il reste à obtenir l'avis, obligatoire, de l'Agence Française pour la Biodiversité (AFB), le 21 mars 2017. Un avis qui devrait être positif "compte tenu de la qualité du dossier", selon la ministre.

Et une fois le décret signé, c'est-à-dire la semaine du 1er avril, le conseil de gestion pourra se réunir et commencer à engager des crédits sur des actions opérationnelles, sur des projets concrets".

Image retirée. Périmètre du Parc Naturel Marin © Ministère de l’Environnement et AFB
Les choses vont aller donc très vite. Une rapidité qui n'est pas du goût du président du comité des pêches de la Martinique Olivier Marie-Reine. Il aurait souhaité un temps plus long pour la réflexion sur les implications de ce "parc naturel marin" pour les professionnels de la pêche.

A cet égard, Ségolène Royal sur l'antenne de RCI (à partir de 6'33'') a indiqué qu'il ne s'agissait aucunement d'empêcher les professionnels de pêcher dans le périmètre du parc marin. Selon elle, les marins pêcheurs corses avaient exprimé la même réticence jusqu'à ce qu'ils comprennent qu'ils contribueraient au contraire à la protection de la ressource dans le périmètre de leur parc marin.

Le dossier d'inscription des volcans et massifs forestiers du Nord de la Martinique au patrimoine de l'Unesco déposé le 1er février 2018 ?

Lors de la réunion en préfecture, un point a également été fait sur le dossier d'inscription des "Volcans et massifs forestiers du Nord de la Martinique" au patrimoine de l'Unesco par le président du parc naturel de Martinique. Louis Boutrin, son président, a, à cette occasion déroulé les grandes étapes qui restent à parcourir.

Il s'agit en l'occurrence de présenter le périmètre des sites concernés par l'inscription devant le Comité National des Biens Français au Patrimoine Mondial (CNBFPM), le 27 avril 2017. Puis en octobre-novembre 2017, l'étape de la validation du plan de gestion du bien. Et, pour Louis Boutrin, si ces étapes sont franchies, la candidature de la Martinique sera présentée au mois de février 2018 avec un an d'avance.

Une convention de territoire à énergie positive pour la croissance verte signée avec la CTM

Image retirée. Ségolène Royal, ministre de l'Environnement © jpludonrci

La visite en Martinique de Ségolène Royal avait débuté mardi par, outre la visite de la maison de la mangrove à la Forêt Vatable aux Trois-Ilets, la signature d'une convention avec la Collectivité Territoriale de Martinique.

Elle s'inscrit dans le cadre des Territoires à énergie positive pour la croissance verte et fait suite à l'adoption par la CTM d'une Programmation Pluriannuelle de l'Énergie (PPE). Au terme de cette convention, l'État interviendra à hauteur de 350 000 euros. Elle met l'accent sur trois grandes actions.

A savoir "la rénovation de l'éclairage des infrastructures sportives, l'implantation d'un réseau électrique intelligent et le développement de l'électromobilité". A cet égard, Ségolène Royal s'est félicité de la dynamique engagée par la CTM à travers son PPE.

La ministre a souligné que la Martinique était le seul territoire d'outre-mer labellisé "Réseau électrique intelligent" en 2016 et le seul également à être labellisé "territoire hydrogène".

Quant à la question de la biomasse comme énergie renouvelable et les polémiques soulevées par la construction de Galion 2, la centrale thermique d'Albioma, Ségolène Royal, invitée du Grand Angle sur RCI, a estimé "qu'il fallait que les projets soient équilibrés et que les données soient mises à plat" (à partir de 2'25'').

Jean-Philippe Ludon et Xavier Chevalier,
@jpludonrci.