Le renouveau du panafricanisme en Martinique

Par • Mis à jour le 22/10/2018 - 06:07

Le retour en force du drapeau rouge-vert-noir s'accompagne d'une réflexion identitaire qui chez certains militants aboutit au panafricanisme.

    Le renouveau du panafricanisme en Martinique

Le mouvement panafricain n'est pas nouveau. Le mot est apparu en 1900 lors de la première conférence sur le panafricanisme. Il s'agit d'un mouvement politique qui promeut l'indépendance du continent africain et encourage la pratique de la solidarité entre les Africains et les personnes d'ascendance africaines.

L'idée d'un retour ou tout du moins d'une prise en compte de l'Afrique dans le quotidien par les afro-caribéen a connu une forte vivacité sur notre île, notamment dans les années 70. Si le mouvement s'est un peu étiolé entre les années 90 et 2000, ils sont désormais de plus en plus nombreux à se tourner à nouveau vers le panafricanisme.

Sur les réseaux sociaux, les groupes prônant le retour vers nos ancêtres se multiplient. Parmi les plus actifs, MOUN, organisation politique, qui a déjà récolté plus de 3 500 « j’aime ». Sur le terrain, l'un des temps forts du dynamisme de ce mode de pensée s'est traduit lors de la venue de Kemi Séba en Martinique à la fin du mois de mai 2018.

Cette vitalité du panafricanisme coïncide également avec une réappropriation par des militants plus jeunes du drapeau rouge-vert-noir, symbole majeur pour beaucoup de patriotes martiniquais.

Le reportage de Clara Vincent :