Le tchiip, cette onomatopée qui fait débat

Par • Mis à jour le 03/06/2015 - 14:25

Dans certains collèges et lycées de l'hexagone, le tchiip est désormais interdit. Si vous ne savez pas ce que c'est, essayez de joindre vos lèvres et d'inspirer l'air entre elles : cela va produire un bruit de succion qui, s'il est bien exécuté, peut tantôt exprimer le dédain ou l'exaspération. En Martinique, c'est un bruit assez répandu dans les cours de récréations.

    Le tchiip, cette onomatopée qui fait débat
C'est une mesure pour la moins étonnante : le tchiip est interdit dans plusieurs établissements français. En Martinique, c'est un bruit familier, voir traditionnel, qui fait partie intégrante des codes du langage afro-caribéen. Dans tous les cas, cette mesure se limite pour le moment à une minorité d'établissements. En Martinique, l'utilisation du bruit n'a pas encore envahit l'espace scolaire au point d'apparaitre dans les interdictions des règlements intérieurs. Odile Pierre-Charles, principale du collège Julia Nicolas de Fort de France, s'exprime à ce sujet : "Je pense que de temps en temps, par la fatigue ou l'énervement, il peut y avoir un geste, un mot, un son inapproprié qui sorte. Je pense que ce qui est visé par cette interdiction, c'est ce bruit parasite non identifiable qui va perturber le bon déroulement de la classe." En attendant, les adeptes du tchiip n'ont pas grand chose à craindre, tant que cela reste dans le cadre d'une conversation amicale.

En bonus : Même la ministre de la Justice tchiipe.



Thibault Rodrigue