Pas de vacances pour les "petits patrons" !

Par • Mis à jour le 10/08/2015 - 13:25

Pendant les grandes vacances, les "petits patrons" sont peu nombreux à pouvoir bénéficier d'un peu de repos. Un sur trois ne partira pas en vacances cette année. Comme les temps sont difficiles, il n'est pas question de prendre des congés ou de faire un break.

    Pas de vacances pour les "petits patrons" !
Des responsabilités, des factures... mais pas de vacances ! C'est la situation de nombreux petits patrons. En effet, au niveau national 63% d’entre eux ne prennent pas de congés cette année. Parmi ceux qui partent, 68% d'entre eux s'organisent pour répondre eux-mêmes à l'appel d'un client.

D'après le baromètre des Très Petites Entreprises de Fiducial réalisé par l'Ifop, quand les "petits patrons" acceptent de prendre des vacances, c'est généralement une petite semaine. Pour eux il n'est pas question de marquer de pause dans leur activité... Pourquoi ? Parce qu’ils n’en n’ont pas les moyens ou alors parce qu’ils considèrent qu’ils doivent être là pour leurs clients ! Celine Rose, la patronne de la CGMPE ne part pas non plus en vacances cette année. Elle tient un petit commerce de proximité au Lamentin et pendant les grandes vacances, elle endosse le rôle de vendeuse afin de permettre à ses salariés de partir quelques jours. "Je mets la main à la pâte ! Je suis vendeuse en ce moment dans mon épicerie, j'aime toutes les facettes de mon métier." explique t-elle.

De plus, partir en vacances quand on est "petit patron" cela se prépare à l’avance ! César Raymond est artisan dans le domaine du nettoyage à Fort-de-France. Il a pu il y a quelques années prendre deux semaines de vacances mais cette année c'est impossible."Financièrement cela a un coût, il faut d'abord assumer les factures. Quand on est petit artisan on doit d'abord assumer les éventuelles dépenses." a t-il indiqué.

Pour certains petits patrons la période des grandes vacances est aussi active que le reste de l'année, à l'image de Jean-François Lebel, le cogérant de la patisserie Lebel. "J'ai des clients qui comptent sur moi et qui attendent du pain tous les jours." explique celui qui ne le vit pas comme une punition. Ses prochaines vacances sont encore loin, elles ne seront pas avant février 2016.

Audrey Ollon et Sandrine Huillet