Psychiatrie : la mort du docteur Didier Trystram

Par 23/02/2016 - 18:49 • Mis à jour le 23/02/2016 - 18:49

Didier Trystram, ancien médecin psychiatre au Centre Hospitalier Maurice Despinoy est décédé dans la nuit du 21 au 22 février 2016. La direction de l'hôpital salue en lui une personnalité de la psychiatrie de Martinique et une figure de ce centre hospitalier.

    Psychiatrie : la mort du docteur Didier Trystram
Didier Trystram, médecin, pédopsychiatre à la retraite s'est éteint dans la nuit du 21 au 22 février 2016 à l'âge de 80 ans. Il était "une mémoire de la pyschiatrie en Martinique et une figure de notre communauté hospitalière", selon la direction de centre hospitalier Maurice Despinoy (ex-hôpital de Colson).

"Nous retenons de cet illustre personnage, son engagement sans faille pour la psychiatrie en Martinique", indique encore la directrice du Centre hospitalier. Didier Trystram avait pris sa retraite en 2000. Il a néammoins continué à assurer des vacations comme psychiatre entre 2009 et 2011.

Il avait pris une part active à l'organisation des cinquantième et soixantième anniversaires de l'ex-hôpital de Colson et à l'hommage au docteur Maurice Despinoy.

Bien connu du monde de la pédopsychiatrie et plus largement de la psychiatrie en Martinique, docteur Didier Trystram est intervenu dans de nombreux colloques dans sa discipline. Parmi les rendez-vous auquel il avait participé, le 12ème séminaire de l’école des parents et des éducateurs de la Martinique fin mars 2012. Un séminaire qui illustrait les apports qu'il était susceptible d'apporter aux parents et éducateurs. Il portait en effet sur "Secrets de famille et Familles et secrets".

Très disponible, il était souvent sollicité par les médias dont RCI, pour son éclairage sur les enfants difficiles. Didier Trystram est l'auteur d'un certain nombre d'écrits sur la psychiatrie aux Antilles.

"Parler de la psychiatrie, c’est parler de la société qui l’a organisée. Parler de la psychiatrie en Martinique, c’est parler d’une histoire amputée, marquée par les non-dits, les oublis plus ou moins névrotiques", écrivait-il dans un article consacré à Frantz Fanon, le "chaînon manquant" de la psychiatrie martiniquaise"

Une réflexion qu'il concluait en ces termes :

"Si j’ai parlé de chaînon manquant, c’est parce que, tout au long de ma pratique à la Martinique, il m’a semblé que l’occultation de Fanon psychiatre – alors que Fanon maître à penser politique était bien reconnu – fonctionnait comme un secret de famille bloquant la créativité de tous. La Martinique a été privée d’histoire psychiatrique jusqu’à la moitié du xxe siècle. Ce qui est extraordinaire, c’est qu’elle l’ait été jusqu’à maintenant."

"Je le présentais comme psyschiatre martiniquais", nous rapporte son collègue psychiatre des hôpitaux Alex Bottius qui considère la disparition du docteur Trystram comme une grande perte pour la Martinique.

Selon Alex Bottius, c'était un homme engageant et engagé, affable et d'une grande sensibilité pour qui la Martinique était devenue une vraie terre d'adoption. Arrivé pour la première fois dans l'île en 1969, il en était reparti quelques années plus tard avant d'y revenir définitivement en 1984.

Les obsèques du docteur Didier Trystram seront célébrés le lundi 29 février 2016 à l'espace funéraire de la Joyau à Fort-de-France. La cérémonie sera suivi d'une crémation. La veille (dimanche 28 février 2016), une veillée aura lieu sur le même site.
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci.