Qu'avez vous pensé de ce carnaval 2019 ?

Par 07/03/2019 - 09:16 • Mis à jour le 07/03/2019 - 09:16

Le carnaval 2019 s'est achevé hier (mercredi 6 mars 2019) par l'incinération de Vaval sur le front de mer de Fort-de-France.

    Qu'avez vous pensé de ce carnaval 2019 ?

Après la très forte affluence de mardi gras (100 000 personnes selon les autorités), les vidés étaient moins denses ce mercredi des cendres.

Des dizaines de milliers personnes ont tout de même investi les rues du centre-ville de Fort-de-France. Les groupes à pieds et les chars ont assuré l'ambiance jusqu'à l'incinération de vaval sur le front de mer et encore après dans la soirée. En effet, c'est l'une des particularités de ce carnaval 2019. Dimanche, mardi et mercredi, les carnavaliers sont restés longtemps dans la ville alors que le soleil était déjà couché. Mercredi soir, les barrages ont été levés à 21 h 30 au lieu de 19 heures.

Un carnaval, deux stars

Deux éléments ont marqué ce carnaval 2019. D'abord, la personne de Bertrand Cambusy. Le syndicaliste dont le vaval était très inspiré a donné matière aux chanteurs de rue. Déjà moqué dans une première chanson pour les blocages à répétition du réseau de transport dont il est l'artisan, le leader de la CSTM a remis une pièce dans la machine en annonçant sur le service public qu'il se réservait le droit de porter plainte contre les auteurs cette mise à la fête.

Il n'en fallait pas plus aux spécialistes du vidé pour créer un nouvel air repris en coeur dans les rues de la ville.

L'autre star, c'est le drapeau rouge-vert-noir. Difficile de savoir si c'est la consultation lancée par la CTM, la volonté de la ville de Fort-de-France de l'afficher sur certains bâtiments ou tout simplement une prise de position collective mais les trois couleurs du drapeau nationaliste étaient partout dans les vidés.

Bien entendu, les coureurs de vidés n'ont pas oublié Wendy, l'étudiante guadeloupéenne accusée d'avoir triché à un examen. 

Et vous quel bilan tirez vous de ce carnaval 2019 ? Dominique Girault a laissé traîner son micro sur le boulevard du Général de Gaulle :