Sainte-Anne : la gestion de Garcin Malsa épinglée par la Chambre Régionale des Comptes

Par • Mis à jour le 26/01/2017 - 12:51

RCI a pu consulter le rapport définitif de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l’équipe Malsa à St Anne entre 2009 et 2014. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le document est accablant pour l'ancien maire de Sainte-Anne. Gestion peu rigoureuse, organisation interne défaillante, mauvaise gestion du domaine public, irrégularités dans la commande publique sont quelques uns des éléments mis en évidence par les magistrats.

    Sainte-Anne : la gestion de Garcin Malsa épinglée par la Chambre Régionale des Comptes
Les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes ont analysé les écritures comptables, et la gestion de l’ancien maire de Sainte-Anne. Pour eux, de nombreuses anomalies altèrent la fiabilité les comptes de la ville. L’endettement réel de la commune de l'extrême sud est insincère. Entre 2009 et 2014 la situation financière de la collectivité s’est dégradée alors que ses ressources, précise la CRC, sont supérieures à la moyenne des communes de même taille.

Pertes de 4 millions d'euros

Les magistrats ont pointé du doigt ce qu’ils appellent des irrégularités et notamment des manquements en ce qui concerne la commande publique. Des irrégularités qui auraient fait perdre à la commune plus de 4 millions d'euros. Lors de leur enquête les magistrats ont découvert que l’ancien maire au lendemain de sa défaite le 1er avril 2014 a pourtant signé deux conventions avec une association dénommée Sud Nature Complice. Le magistrat instructeur précise que la signature des conventions ne présentait pas un caractère de nécessité et d’urgence.

Autre point passé au crible : le marché passé avec la société Parcosud qui était chargée d’exploiter l’entrée de la plage de la Pointe Marin. Ce marché n’a généré quasiment aucun reversement malgré un investissement de plus de 800 000 euros de la commune.

11 pleins de carburant en un seul jour

L’examen des comptes a permis à la CRC de mettre en exergue des pratiques non tolérées dans la gestion communale telles que des avantages en nature accordés sans base légale. Les magistrats pointent notamment du doigt l’utilisation dans des conditions irrégulières de cartes de carburant. Par exemple, de nombreux pleins de carburant ont été effectués avec la même carte le même jour pour un seul et même véhicule (11 pleins le même jour).

Ce ne sont pas les exemples qui manquent dans ce rapport de 62 pages. Peut-être une note d’espoir pour les Saintannais, l’exécution budgétaire 2015 laisse entrevoir une amélioration de la situation financière de la collectivité. Ce rapport devra être présenté prochainement au conseil municipal. Nul doute que le débat s'annonce agité.

Florin Hossu