TCSP : "Quand les feux fonctionneront le martiniquais n'aura pas trop le choix de rentrer dans les moeurs"

Par 11/04/2016 - 13:54 • Mis à jour le 11/04/2016 - 13:54

Cela fait un peu plus d'une semaine qu'une trentaine de chauffeurs rattachés au réseau Mozaik se familiarisent aux différents aménagements urbains prévus pour la circulation des Bus à Haut Niveau de Service.

    TCSP : "Quand les feux fonctionneront le martiniquais n'aura pas trop le choix de rentrer dans les moeurs"
Sur un des quais de la future gare routière de Mahault au Lamentin, deux BHNS sont prêts au départ ! Une fois à l'intérieur du bus, l'espace appréciable saute aux yeux et surtout ce moteur... complètement silencieux. Aux commandes ce jour là, il y a Marie-Lyne, visiblement ravie d'être là.

Après deux semaines de formation, quelques ajustements s'imposent et pourtant Marie-Lyne a le sentiment de s'être très vite adaptée à cette nouvelle configuration."Le bus est impressionnant, il est plus grand, plus confortable... la conduite est plus simple, automatique", se réjouit - elle.

Actuellement une trentaine d'autres chauffeurs se perfectionnent. "J'ai six conducteurs avec moi pendant une semaine, à l'issue de cette semaine en fonction de l'évolution de chaucun ils vont rouler encore une semaine en autonome, c'est à dire sans accompagnateur. Si j'estime que le conducteur n'est pas tout à fait prêt, on peut le garder sur le groupe suivant", explique Serge Frédérique, un des formateurs de la CFTU.

Dans le cadre de cette opération 3 circuits sont à l'éssai : Aéroport / Carrère ; Californie / Mahault ainsi que L'avenue Maurice Bishop / Pointe Simon. Dans les faits, partager ces voies de circulation avec les autres usagers, n'est pas toujours aisé. "On peut aussi retrouver des incivilités", regrette Serge Frédérique. "Quand les feux fonctionneront le martiniquais n'aura pas trop le choix de rentrer dans les moeurs", assure t-il.

Tous les candidats ont déjà une expérience de 4 ans dans le transport de voyageurs, sont détenteurs d'un permis D à jour et attestent d'une Formation Continue Obligatoire voyageurs. Si ces bus sont faciles à manœuvrer et la conduite légère certains aménagements sont à finaliser d'autres à modifier.

Sauf imprévu, à la fin de cette session une cinquantaine de chauffeurs seront prêts à prendre la route... Une autre formation devrait ensuite avoir lieu avant la mise en circulation des BHNS.



Audrey Ollon et Peggy Saint-Ville