Un rapport sur l'économie circulaire dans les COM remis à Ségolène Royal

Par 16/02/2016 - 23:54 • Mis à jour le 16/02/2016 - 23:54

L'ex-président de Région et député de Martinique Serge Letchimy a remis ce mardi 16 février 2016 à Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer un rapport visant à la création d'un modèle d'économie circulaire dans les Collectivités d'Outre-Mer (COM). Ce document fait une série de propositions qui portent entre autres sur le traitement des bateaux hors d'usage.

    Un rapport sur l'économie circulaire dans les COM remis à Ségolène Royal
Serge Letchimy, député de Martinique, a remis ce mardi 16 février 2016 à Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, le second volet d'une étude plus largement consacrée à la mise en place d'un modèle d'économie circulaire dans les collectivités d'Outre-mer. Ce document fait suite à un rapport d'étape consacré au traitement des véhicules hors d’usage (VHU) et remis à la ministre en juillet 2015.

Ce nouveau rapport liste dix-sept propositions portant cette fois sur le traitement des bateaux hors d’usage, des déchets d’emballage, des équipements électriques et électroniques usagés, des déchets de textile ou d’éléments d’ameublement.

Parmi les 17 mesures préconisées par Serge Letchimy mis en exergue dans un communiqué du ministère de l'environnement , il est question de :

Réaliser un appel d’offre dédié aux collectivités d’outre-mer pour la déconstruction des bateaux hors d’usage en cherchant des synergies avec les centres de véhicules hors d’usage ;

Développer les points de collecte chez les distributeurs d’équipements électriques usagés, avec reprise gratuite, même sans vente d’un nouveau produit ;

Encourager l’implantation en Outre-mer d’activités par l’insertion économique pour faciliter le réemploi, notamment des équipements électriques ou électroniques ou des meubles ;

Expérimenter des dispositifs de consigne pour faciliter la collecte des déchets d’emballage et leur réutilisation ;

Encourager la mutualisation des actions menées individuellement par les éco-organismes dans les différentes filières de collecte et de traitement.