Une pêche miraculeuse... mais interdite

Par • Mis à jour le 10/01/2020 - 18:08

Dimanche dernier (5 janvier 2020) un pêcheur du Marin ramenait sur la plage de l'anse Moustique à Sainte-Anne près d'une tonne de poissons. Malheureusement le fruit de son travail a été récolté par chalutage, une pratique illégale en Martinique votée depuis l'année dernière avec prise d'effet au 1er janvier 2020.

    Une pêche miraculeuse... mais interdite
Image d'illustration

La diffusion des images sur les réseaux sociaux a créé l'émoi chez les marins pêcheurs. Dimanche 5 janvier, une tonne de poisson a été pêchée au large de Sainte-Anne en chalutage, c'est à dire une senne tractée par deux yoles motorisées. Cette pratique, interdite depuis le 1er janvier 2020 par arrêté préfectoral crée des dégâts sur les espèces juvéniles et les coraux ainsi que sur les nasses des autres marins pêcheurs.

Selon Olivier Marie-Reine, président du comité des pêches, il faut privilégier le dialogue et entrer en contact avec ce marin pêcheur connu de la profession, avant d'envisager des sanctions.

La pêche à la senne traditionnelle reste autorisée, elle est aujourd'hui régie par un cahier des charges précis, élaboré en concertation qui doit être respecté. La senne se pratique manuellement et le comité des pêches n'entend pas tolérer d'autre manière de procéder tout d'abord pour le respect de l'ensemble des marins pêcheurs mais aussi des fonds marins.

Olivier Marie-Reine, président du comité des pêches de Martinique, revient sur cet événement qui a ému la profession.

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.