Vers une modification de la jauge de 30 personnes pour les cultes religieux ?

Par 25/11/2020 - 07:39
01/01/2020 - 00:00

Les mesures d'allègement du confinement prévoyaient une jauge de 30 personnes maximum pour la tenue des messes et autres cérémonies religieuses. Une jauge qui pourrait être revue d'ici jeudi (26 novembre 2020) selon la conférence des évêques de France.

    Vers une modification de la jauge de 30 personnes pour les cultes religieux ?

Dans une lettre adressée au préfet de Martinique, l'archevêque de Saint-Pierre et de Fort-de-France, monseigneur David Macaire regrette la jauge de 30 personnes maximum décidée par le gouvernement concernant les messes.

"Pour légiférer, on a, certainement dans la précipitation, préféré adopter un critère subjectif (« activité essentielle ou non-essentielle »), au lieu d’un critère objectif qui consisterait à fixer les conditions matérielles de tout rassemblement sans jugement sur l’essentialité ou non de l’activité", écrit David Macaire.

Ce courrier à l'échelon local fait écho à la démarche national des évêques de France. "La Conférence des évêques de France (CEF) est à la fois déçue et surprise par l’annonce faite ce soir par le président de la République concernant le nombre de 30 personnes autorisées dans le cadre de l’exercice public du culte à partir du 29 novembre", pouvait on lire dans un communiqué publié hier.

Une déception qui a été entendue au plus haut niveau de l'Etat. L'archevêque de Reims, Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort et président de la Conférence a en effet eu un "échange téléphonique avec le chef de l'État"  selon la Conférence des Evêques de France.

"Il ressort qu’une jauge réaliste, tout en restant stricte, sera définie d’ici jeudi matin pour une mise en application en deux étapes", peut on lire sur le compte twitter de la conférence des évêques de France.

Cette jauge réaliste, tout en restant stricte sera définie d'ici jeudi matin pour une mise en application en deux étapes: samedi 28 novembre puis après la réévaluation du 15 décembre. Au regard de la situation sanitaire en Martinique où la circulation du virus affiche un net ralentissement, cette adaptation devrait sans doute être étendue à notre territoire.

Tags