sargasses

Par • Mis à jour le 23/10/2015 - 13:09

La ministre George Pau-Langevin s'est rendu ce matin dans le cadre du plan interministériel sargasse à St Marie tout d'abord à la rencontre des jeunes recrues de la brigade verts chargé du ramassage des algues à l'anse Azérot, puis à la plage de la Richer toujours à St Marie ou elle a assisté à une

    sargasses
La ministre George Pau-Langevin s'est rendu ce matin dans le cadre du plan interministériel sargasse à St Marie tout d'abord à la rencontre des jeunes recrues de la brigade verts chargé du ramassage des algues à l'anse Azérot, puis à la plage de la Richer toujours à St Marie ou elle a assisté à une démonstration de ramassage mécanisé et d'une présentation d'un des dispositifs mise en place entre autre par l'ARS et Madininair sur les problèmes de santé public lié aux émanations du à leurs décompositions pour constater les avancées sur le terrain. elle aussi voulu réagir sur le refus de catastrophe naturelle par l'état on l'écoute au micro de Christian Golvet SON P LANGEVIN"Nous avons fait un plan avec des fonds de l'Etat sans recourir au principe de la catastrophe naturelle" les brigades vertes qui sont bien plus utile qu'on ne le croit, plus minutieux sur les sites que les moyens mécaniques ne peuvent pas atteindre et qui malheureusement grâce aux problèmes des sargasses est source d'emploi pour nos jeunes et moins jeunes on écoute Mathieu Lucien encadrant technique de l'association Caïd « Caraïbe insertion et développement » au micro de Christian Golvet SON LUCIEN"Je pense que ça a été un plus pour les jeunes, on nous a permis d'embaucher des jeunes." autre dispositif pour lutter contre les émanations du gaz le H2S responsable de la santé et de la perte de matériel des résidents exposés les capteurs H2S reparti sur les zones d'échouage des sargasses les plus fréquentes sur l'ensemble du territoire le directeur de Madininair Stéphane Gandar nous en dit plus au micro de Christian Golvet SON GARDAN "Le but ultime de cette mise en place stratégique c'était d'avoir 15 capteurs répartis sur les zones les plus sensibles et de pouvoir donner une mesure continue toutes les dix minutes de façon a avoir une belle vision de l'évolution des concentrations de H2S sur une journée, sur 24 heures, sur une semaine ou encore sur un mois"



George Pau Langevin est arrivée depuis jeudi soir en Guadeloupe afin de poursuivre sa visite aux Antilles