Il y a 226 ans, la première abolition de l'esclavage

Par • Mis à jour le 04/02/2020 - 17:13

Le 4 février 1794, la première abolition de l'esclavage était proclamée. Pour célébrer le 226ème anniversaire de cette date marquante dans l'histoire de nos territoires, la Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage a organisé ce mardi au Musée du Louvre son premier événement public.

    Il y a 226 ans, la première abolition de l'esclavage

Ce mardi marque le 226ème anniversaire de la première abolition de l'esclavage, le 4 février 1794.La Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage a organisé pour l'occasion au Musée du Louvre son premier événement public. Un timbre élaboré avec La Poste, «Marie Guillemine Benoist, Portrait présumé de Madeleine», a été présenté.

La Fondation a également officiellement lancé le réseau «Patrimoines Déchaînés», qui vise à rassembler plusieurs institutions culturelles et patrimoniales pour faire connaître l'histoire de l'esclavage.

 

Les précisions de Jean-Marc Ayrault, Président de la Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage interrogé par Aline Druelle. 

 

Une première abolition avortée 

En 1794, les théories humanistes véhiculées dans le Siècle des Lumières sont largement diffusées mais les ressources fournies par les colonies sont un enjeu économique majeur. La Révolution ne prend donc pas d’emblée position en faveur de l’abolition de l’esclavage.

En outre, les informations prennent des semaines à parvenir entre Paris et les colonies.

L’Assemblée constituante, influencée par le lobby des colons maintient l’esclavage aux colonies en 1791. La Législative accorde des droits aux hommes de couleur libres, en 1792. Ce sont les événements de Saint-Domingue qui vont précipiter la décision. 

Abolitionniste convaincu, envoyé par l'Assemblée Législative à Saint-Domingue en 1792, Léger-Félicité Sonthonax est entré dans l'histoire en prenant, le 29 août 1793, pour la première fois dans l'Histoire, la décision d'abolir l'esclavage dans le Nord de la colonie.

La Convention montagnarde qui doit alors faire face à la guerre contre l'Angleterre et qui ne dispose pas de moyens  pour agir aux colonies, décide de soutenir Sonthonax en proclamant l’abolition de l’esclavage. Ils espèrent ainsi  mobiliser les populations contre les Anglais qui envahissent les colonies. Danton déclarera alors « Maintenant l’Angleterre est perdue ».

Néanmoins, la première abolition de l'esclavage ne sera pas appliquée dans toutes les colonies, l'information de sa proclamation n'arrivant même pas dans certaines.

En réalité, cette mesure n'a réellement été appliquée qu'en Guadeloupe et sur l'île d'Hispaniola. La Martinique, occupée par les Anglais, n'a pu en bénéficier.

Le retour de l'esclavage

Par un décret, le 20 mai 1802 (30 floréal an X), Napoléon Bonaparte revient sur les principes du décret du 4 février 1794 (16 pluviôse) qui avait aboli l'esclavage sur tous les territoires de la République française. Huit ans après, il légalise de nouveau l'esclavage.

L'interdiction de la traite n'intervient qu'en 1815 et surtout en 1817 sous Louis XVIII. L'esclavage est définitivement aboli à Paris, en conseil de Gouvernement, par le décret de Victor Schœlcher qui décide l'abolition de l'esclavage en France et dans ses colonies, le 27 avril 1848.

Le décret sera appliqué en Martinique le 23 mai, en Guadeloupe le 27 mai 1848. La Guyane devra elle attendre le 10 août en Guyane pour voir l'esclavage aboli sur son territoire. 

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.