Semaine de la Culture des Outre-mer : première édition

Par 20/06/2018 - 04:25 • Mis à jour le 20/06/2018 - 04:25

Archéologie, danse, théâtre, musique sont au programme au ministère des Outre-mer.

    Semaine de la Culture des Outre-mer : première édition

"Je souhaite que cette semaine soit une réussite mais surtout qu'elle soit pérennisée et qu'elle monte en gamme chaque année". La ministre Annick Girardin ne cachait pas sa satisfaction et son ambition vendredi dernier, lors du lancement de cette semaine consacrée aux cultures d'Outre-mer. L'objectif affiché est clair : gagner en visibilité.

"Tout est à gagner, a expliqué la ministre, car en théorie, il n'y a a qu'une culture française, qui regroupe tous les territoires, mais en pratique il y a malgré tout un fossé entre l'Hexagone et les Outre-mer". "Malgré leur immense richesse, nos territoires restent marginalisés dans l'espace culturel nationalqu'il s'agisse d'éducation artistique, d'offre de formation ou de diffusion des oeuvres", a-t-elle ajouté, n'hésitant pas à parler de "ghetto culturel" dans lequel les cultures d'Outre-mer sont "cloisonnées". Le Livre Bleu, conclusion des Assises des Outre-mer, devrait aborder cette question.

Et voilà le programme !

Cette édition a débuté samedi avec un village de l'archéologie. L'occasion pour les plus jeunes de s'essayer à des fouilles dans deux simulateurs installés dans les jardins du ministère. Les visiteurs ont aussi pu découvrir des panneaux sur l'archéologie des Outre-mer, avec notamment les sites de Baillif et de Vivé, des documentaires ainsi qu'une exposition sur la douloureuse histoire des esclaves oubliés de l'île Tromelin.

Lundi et mardi, la compagnie de danse Difé Kako et la troupe de théâtre réunionnaise Baba Sifon ont donné plusieurs représentations.

Ce mercredi, c'est une projection en plein air qui est proposée : celle du téléfilm "Le rêve français", qui évoque l'histoire du Bumidom.

Jeudi, ce sera la fête de la musique avec plusieurs concerts mais, Mondial oblige, la diffusion du match France-Pérou est aussi prévue rue Oudinot.