Procès Yoni Palmier : bientôt le verdict

Par 28/03/2017 - 17:54 • Mis à jour le 28/03/2017 - 17:54

Le procès en appel de Yoni Palmier se termine aux Assises de Paris. Le guadeloupéen de 38 ans y est jugé depuis le 14 mars dernier pour quatre meurtres, commis dans l'Essonne entre novembre 2011 et avril 2012. Les réquisitions et le verdict sont attendus demain. Lors de leurs plaidoiries, les avocats de la partie civile ont pu faire part de leur amertume.

    Procès Yoni Palmier : bientôt le verdict
Ce mardi, Yoni Palmier n'a pas pris la parole, comme cela était pourtant prévu. Tout au long de ces deux semaines d'audience, l'accusé se sera finalement montré peu bavard, malgré ses aveux au premier jour, réduisant ainsi à néant l'espoir des familles des victimes de connaître toute la vérité sur la mort de leurs proches.

"Aujourd'hui c'est le chapitre final d'une œuvre macabre, quatre crimes absolument épouvantables et je vous en veux Monsieur Palmier, pour avoir donné aux familles l'espoir, l'illusion qu'ils auraient des réponses. Tout ça pour ça ? Vous auriez pu avoir quelques mots", a lancé Maître Farès, avocat des proches de Nadjia Boudjemia-Lahcene. "Et pourtant ce 'pourquoi', il est tellement important !", a-il ajouté, devant un accusé impassible dans son box.

"C'est très difficile pour les parties civiles, c'est repartir à zéro et replonger quand on n'a pas vraiment fait le deuil et qu'on essaie de se reconstruire, ils ont l'impression que c'est un appel pour rien !", s'est désolée Maître Auerbacher, l'avocate de la famille de Nathalie Davids, au micro de RCI Paris.

"Il n'y a toujours pas d'empathie pour les victimes et on nous demande la clémence ? Nous on demande la justice !", avait plaidé avec force un peu plus tôt Maître Natali, avocat du fils de Marcel Brunetto. Avant de décrire "quatre assassinats froidement organisés, prémédités, aux dépens de quatre victimes totalement innoncentes", "une oeuvre maléfique" où l'accusé était "dans une telle logique de toute puissance que rien ne pouvait l'arrêter", jusqu'à son interpellation.

Une "volonté de toute puissance" mise en avant aussi par Maître Simon-Vouaux, dont les clientes, la compagne et la fille de Jean-Yves Bonnerue, n'ont pu retenir leur larmes pendant la plaidoirie. "Ce que doit entendre Monsieur Palmier aujourd'hui, c'est ce fracas, cette rupture. Cette tasse de thé qui refroidit, le camion des pompiers que l'on voit arriver par la fenêtre et ce policier qui vient dire que c'est extrêmement grave...cet après-midi là où tout s'arrête", a rappelé l'avocate à la Cour, avant de s'adresser directement à l'accusé comme ses confrères avant elle : "Vous êtes le plus malheureux de cette histoire car contrairement à ces familles, je ne vois pas autour de vous le moindre attachement, c'est d'une tristesse profonde".

Les réquisitions de l'avocat général sont attendues demain matin. En première instance, Yoni Palmier avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans et d'une mesure de rétention de sûreté supplémentaire. Quelques jours plus tard, il avait fait appel.

Aline Druelle
@AlineDruelle