"Si Levallois n'était pas là pour Teddy Riner, il serait à Moscou"

Par • Mis à jour le 23/06/2015 - 13:53

Le contrat de Teddy Riner avec le Levallois Sporting Club a été vivement discuté lundi soir au conseil municipal de la ville.

    "Si Levallois n'était pas là pour Teddy Riner, il serait à Moscou"
La salle du conseil était pleine et l'ambiance électrique quand les élus ont abordé le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes d'Ile de France sur le fonctionnement du LSC, présenté avec ses 17 000 adhérents comme le premier club omnisports de France.

Pendant 3/4 d'heure, la question a été de savoir si Teddy Riner coûte trop cher à Levallois-Perret, le judoka étant sous contrat avec le LSC depuis 2009, resigné jusqu'en 2018, pour une rémunération annuelle de plus de 400 000 euros.

"Il n'y a rien d'anormal sur le contenu de son contrat de travail", a déclaré Bertrand Percie du Sert, président du LSC et également adjoint au maire. Selon lui, l'affaire a même fait "pschitt" et serait une "belle opération de communication" pour prouver que le judoka doit beaucoup à Levallois. "Les athlètes de haut niveau font la renommée du club !", a-t-il insisté, citant notamment d'autres noms comme ceux de Dimitri Dragin et Ulrich Robeiri.

"C'est un champion extraordinaire, personne ne le conteste mais il nous coûte 700 000 euros par an. Quelle retombée pour Levallois ? Rien, zéro", a regretté une élue de l'opposition. "Quand il fait un abécédaire autobiographique, il répond A comme Abymes, B comme Balèze et L comme Levallois pour remercier ? Non, il répond Londres ! Il n'y aucune retombée pour la ville sauf une photo avec Monsieur Balkany", a-t-elle argumenté avant de préciser : "Ce n'est pas lui que nous mettons en cause mais l'irresponsabilité de ceux qui ont négocié les contrats".

Patrick Balkany et sa femme Isabelle, qui pendant un long moment a joué la provocation en mimant une posture de yoga tout en répétant "zen, zen", ont vivement défendu le salaire versé au champion.

"Je vais vous dire une chose, Teddy Riner s'il n'était pas au LSC, il serait à Moscou, il aurait aujourd'hui un passeport russe !", a assuré le maire de Levallois. "Car Monsieur Poutine, qui est président de la Fédération russe de judo fait des pieds et des mains pour qu'il vienne".

"Qu'il y aille !", a-t-on pu alors entendre du côté d'une tribune du public. Les avis sont partagés chez les levalloisiens. "Il est trop payé alors qu'il ne vient presque jamais pour les enfants", "C'est un champion qui mérite son salaire, il suffit de regarder les contrats de certains footballeurs", "C'est une bonne image pour Levallois donc il n'est pas trop payé", ont réagi certains habitants au micro de RCI Paris.

"Ce qui est impardonnable, ce n'est pas la somme qu'il touche mais qu'il ne paye pas de taxe d'habitation", s'est indignée une autre, pas franchement convaincue par les propos du couple Balkany qui ont affirmé que Teddy Riner se faisait actuellement construire une maison dans la ville. "Il est plus lié à Levallois qu'aux Antilles", a même aussi lancé le maire.

Aline Druelle
@AlineDruelle