Il achète une arme à feu via Instagram

Par • Mis à jour le 08/02/2019 - 07:45

Malgré les campagnes récentes, deux jeunes hommes étaient présentés en comparution immédiate ce jeudi pour, chacun, une détention d’armes de poing. Particularité de l’affaire, l’acquéreur a indiqué avoir repéré l’offre de vente sur internet, il a répondu au vendeur avec à l'issue la transaction. Selon leurs cassiers judiciaires, ils ont écopé de peines de 1 an avec sursis et 15 mois ferme assortis d'un mandat de dépôt.

    Il achète une arme à feu via Instagram

Comme quoi on peut trouver de tout sur les réseaux sociaux. Mercredi après-midi, un contrôle d’envergure est organisé dans le centre ville de Pointe-à-pitre, sur réquisition du procureur de la République. Les agents de police procèdent à des fouilles au hasard. Un jeune homme de 19 ans, sans antécédents, est interpellé porteur d’un pistolet de type 9mm chargé. Une arme de catégorie B dont la détention est prohibée. Auditionné, le suspect explique qu’il a vu une offre sur un forum Instagram « Fizil à vendre ». Il a répondu et a obtenu un rendez-vous dimanche soir dernier avant de payer 300€.

Un alibi disculpe le vendeur présumé

Le jeune dénonce par la suite le vendeur, ce dernier est à son tour localisé et arrêté. Lors de perquisitions, un révolver 38 spécial cette fois est saisi, ainsi que 190€ en espèces. Les fruits du deal de drogue à Vieux-Bourg a précisé le mis en cause. En revanche, il a formellement nié avoir vendu le pistolet sur internet, il faut dire que l’intéressé a un alibi. Muni d’un bracelet électronique qui l’oblige à rentrer chez lui avant 17h, il n’aurait pas pu être dehors à l'endroit indiqué, ce soir là pour la transaction. Argument corroboré par les services techniques pénitentiaires, aucune alerte n’a été émise.

Des instruments de mort en circulation 

L'individu de 23 ans a donc été relaxé pour ces faits mais pas pour le reste. Le parquet a insisté sur la politique pénale en la matière, c'est une priorité sur l’île, ces instruments de mort détruisent la Guadeloupe. Il a requis 1 an de prison avec sursis pour l’acheteur primo délinquant et 15 mois fermes pour l’autre prévenu, Hugues Maricel déjà condamné et frappé d’une interdiction de port d’arme. Peines suivies par les juges du siège.