Les réactions locales après la démission de Nicolas Hulot

Par 28/08/2018 - 12:01 • Mis à jour le 28/08/2018 - 12:01

Nicolas Hulot a annoncé ce mardi sa décision de quitter le gouvernement, un peu plus d’un an après son arrivée au ministère de la Transition écologique et solidaire. Nicolas Hulot qui a choisi d'annoncer sa démission sur l'antenne de France Inter avant d'en faire part à Emmanuel Macron et à Edouard Philippe.

    Les réactions locales après la démission de Nicolas Hulot

Les réactions n’ont pas tardé venant notamment de certains élus des outremers. Via leurs pages internet, ils se sont exprimés sur cette démission surprise du ministre de l'écologie.

Eric Jalton, Maire des Abymes :

« Eric JALTON Maire des Abymes et Président de Cap Excellence regrette le départ de Nicolas HULOT du Gouvernement ceci au moment où des décisions fondamentales doivent etre engagées au niveau national et international afin d'engager durablement et radicalement la transition écologique notamment énergetique afin de préserver l'humanité des effets de plus en plus dévastateurs du réchauffement climatique.Des lobbies cupides et cyniques encore puissants et influents au plus haut sommet de l'Etat ont malheureusement eu raison de la volonté sincére d'un homme profondémment conscient des enjeux cruciaux et planétaires mais trop isolé dans ce gouvernement.Le combat collectif doit continuer pour une vraie révolution écologique internationale afin de sauver la civilisation humaine! »

Josette Borel-Lincertin, présidente du Conseil Départemental:

« Nicolas #Hulot était un symbole du volontarisme écologique. Las d’être la caution verte du Gouvernement, il a préféré redevenir un lanceur d’alerte. En l’écoutant parler dérèglements climatiques ou poids des lobbies, comment effectivement ne pas penser #sargasses ou #chlordecone ? »

Harry Durimel, représentant les écologistes en Guadeloupe actuellement en Colombie:

« Du Parc Tayrona, à SANTA MARTA en COLOMBIE. La démission de Nicolas HULOT était inéluctable, eu égard aux rapports de forces qui forgent l’action publique, où le poids des lobbys productivistes, pollueurs-non payeurs et autres adeptes de la croissance aveugle est colossal. Cet aveu d’impuissance nous rappelle qu’un homme seul ne peut rien contre un tel système qui met l’argent avant l’Homme. Pour renforcer le pouvoir politique, face à ces puissants lobbys, il faut sortir du piège de l’abstention et de la résignation, afin d’élire des femmes et des hommes qui se mettent au service de notre survie et de notre bien être et qui ne soient pas esclaves des multinationales. C’est cette légitimité populaire que vous donnent le vote, l’élection. Cet aveu d’impuissance nous rappelle qu’un homme seul ne peut rien contre un tel système qui met l’argent avant l’Homme. Pour renforcer le pouvoir politique, face à ces puissants lobbys, il faut sortir du piège de l’abstention et de la résignation, afin d’élire des femmes et des hommes qui se mettent au service de notre survie et de notre bien être et qui ne soient pas esclaves des multinationales, telle MONSANTO. Ce qui a manqué à Nicolas HULOT c’est cette légitimité populaire que vous donnent le vote, l’élection. Nous aurons des élus écologistes forts, au service de la santé, la biodiversité, la cohésion sociale quand nous, le peuple, le déciderons. Que nul ne fasse reproche à Nicolas HULOT d’avoir reconnu cette faiblesse et jeté l’éponge. Pour ma part, je salue son courage d’avoir essayé de traduire en actes notre conviction commune, l’écologie, mais aussi d’avoir préféré la fidélité à ses valeurs aux lambris d’un ministère. »

Olivier Serva, député de Guadeloupe :

« Je salue le travail de @N_Hulot et je respecte sa décision personnelle. Je sais que le gouvernement garde le cap sur les questions #ecologiques et #environnementales, notamment dans les #outremer. #sargasses #chlodécone »