Tournage du long métrage Les Mules invisibles

Par 08/08/2022 - 11:32 • Mis à jour le 08/08/2022 - 10:29

Ce samedi 6 août, le tournage d'un long métrage s'est tenu dans l'enceinte de Digicel, à Ducos. Intitulé Les Mules invisibles, il rassemble des professionnels du monde de cinéma ainsi que 7 jeunes de la MILNOR, en immersion.

    Tournage du long métrage Les Mules invisibles
Tournage du long métrage Les Mules invisibles samedi 6 août à Ducos

La genèse du projet 

L'idée de mener à bien ce long métrage vient d'un projet initié par la Mission Locale Nord, d'après une idée originale de Jean-Michel LOUTOBY. Le projet a émergé à la suite de la réalisation d'un premier court-métrage : De l'ombre à la lumière. Les Mules invisibles est une Co-production MILNOR et ALCHIMIST PWOD en association avec Christophe AGELAN et Benoît PELAGE. Il s’agit d'un film choral qui croise les histoires avec, en filigrane, une enquête qui traite de trafic de stupéfiants. Le synopsis relate l'histoire de ces jeunes femmes qui décident de devenir mules. Une histoire qui concerne donc les Antilles et la Guyane.

Avec la participation de professionnels du domaine

Pour ce tournage, on retrouve à la réalisation et au scénario Christophe AGELAN et NENEB, avec la participation de Jean Michel LOUTOBY. Kris BURTON prend également part au projet en tant que directeur de la photographie du film. Les 7 jeunes de la MILNOR, quant à eux, sont en immersion dans plusieurs corps de métier à savoir preneur de son, figurant ou encore comédien. L’objectif est d’ouvrir le champ des possibles et de former la jeunesse martiniquaise sur des métiers porteurs tels que ceux liés au cinéma.

Jean-Michel LOUTOBY, directeur de la mission locale Nord Martinique, a initié le projet avec l’idée de travailler le sujet des jeunes dits invisibles :

On a répondu à l'appel à projet avec la Deets afin de travailler sur les jeunes dits "invisibles", c'est-à-dire, les jeunes qui ne fréquentent ni les missions locales, ni le Pôle emploi et qui ne sont pas repérés dans nos administrations. Ces jeunes-là sont pourtant bien réels et fleurissent nos abris de bus. On veut les ramener vers les institutions et leur proposer des choses. Alors, nous avons créé Les Mules invisibles car nous avons aussi le problème de ces jeunes filles et jeunes garçons qui servent de mules en se faisant avoir. Lorsque le film sera diffusé, on espère aussi raccrocher certains jeunes et leur permettre de se voir. On a voulu montrer des gens du territoire en prenant des scènes de la vie quotidienne.

NENEB, ALCHIMIST PWOD, coscénariste et coréalisateur du film Les Mules invisibles souhaite "emmener ce film au cinéma là où les gens peuvent le voir" :

On a souhaité faire un vrai film, pas quelque chose de bricolé. L'objectif est d'emmener ce film au cinéma là où les gens peuvent le voir pour que les personnes d'ici découvrent les talents du pays, que ce soit au niveau des acteurs, mais aussi toutes les équipes qui ont travaillé avec nous sur ce projet 100 % martiniquais. Nous avons souhaité avec Christophe AGELAN développer quelque chose de plus vaste, c'est-à-dire de parler de toutes ces personnes qui souffrent en invisible d'un fardeau. Ainsi, on s'est retrouvés avec un film choral qui croise les histoires. On veut mettre en lumière un pan de la société martiniquaise avec différentes couches.

Tournage Les Mules Invisibles
Un film associant les talents de jeunes de la MILNOR et de professionnels du monde du cinéma

 

Tags