Le directeur de la SARA, Philippe Guy, part à la retraite

Par 25/05/2021 - 17:24 • Mis à jour le 25/05/2021 - 15:40

La SARA (Société Anonyme de la Raffinerie des Antilles) change de direction officiellement au 1er juillet prochain. L'ancien directeur, Philippe Guy, prend sa retraite à l'issue de 6 ans à la tête de l'entreprise et met ainsi fin à sa longue carrière dans le monde industriel.

    Le directeur de la SARA, Philippe Guy, part à la retraite
Philippe Guy part à la retraite après 6 ans à la tête de la SARA ©JD / RCI Martinique

La transition énergétique au centre des projets mis en place

Outre la crise liée au Covid-19, et le premier arrêt métal de l'entreprise depuis sa création, Philippe Guy aura fait face à de nombreux challenges lors de sa présidence.

Plusieurs chantiers d'envergure ont ainsi été lancés durant ses six années à la tête de la SARA. Parmi eux, la transition énergétique :

C'est un chantier qu'on a démarré dès 2015 avec la création du pôle SARA Énergies nouvelles, avec beaucoup d'études, mais aussi des réalisations très concrètes, en particulier en Martinique : la grande centrale photovoltaïque de la Jambette. La deuxième réalisation est une première mondiale : celle d'une pile à hydrogène de grande puissance. Un mégawatt, ça reste tout petit, mais c'est quand même une vraie réalisation. Et puis, la troisième réalisation en Martinique, c'est notre fameuse unité de dessalement d'eau de mer qui est très innovante 

Des projets donc en Martinique, mais également en Guadeloupe, où un premier projet est en cours, semblable à la centrale photovoltaïque de la Jambette, mais avec un système plus complexe et une boucle d'hydrogène. En Guyane également, un projet novateur à base de micro-algues est dans les tuyaux. 

Enjeu du prix des carburants et politique de l'emploi

Mais un autre enjeu est également sur toutes les lèvres : celui du prix des carburants, dont la tendance est à la hausse continue depuis plusieurs mois. A ce propos, le directeur est pragmatique :

Je constate que le prix du pétrole brut a tendance à se stabiliser à des niveaux élevés. Donc je crains que cela continue pour l'avenir. Maintenant, nous avons tous et la SARA en premier, des actions à faire pour limiter ces hausses. Par exemple, en 2020, on a maîtrisé nos coûts. Ils sont même en baisse par rapport à 2019 et la transition énergétique va nous y aider

En tout état de cause, Philippe Guy aura su redorer l'image de la SARA, fortement ternie lors de sa prise de fonctions il y a six ans. Depuis, l'entreprise a multiplié les actions auprès des jeunes et des associations. Une véritable mission d'acteur local, selon le directeur, qui passe également par une politique de l'emploi dirigée vers la population locale :

Alors effectivement, je suis très fier de pouvoir dire qu'à la SARA, sur 321 contrat en CDI, il y en a 2 qui ne sont pas Antillais ou Guyanais. Et la proportion se réduit de jour en jour, puisque si on calcule mathématiquement à titre humoristique, cela fait 99,5 % de personnel Antillais ou Guyanais. Ça prouve la compétence et l'engagement de la population

C'est donc suite à l'ensemble de ces actions que Philippe Guy met un terme à sa carrière. Lui pour qui l'important est de "travailler ensemble, bien faire et autrement" n'en oublie pas moins son équipe et son successeur, qui reprendra les rênes de l'entreprise : 

N'oubliez jamais qu'il y a trois piliers pour réussir : apprendre, agir et douter

Tags