Homme retrouvé ligoté : On en sait un peu plus sur le profil de la victime

Par • Mis à jour le 06/01/2016 - 19:13

On en sait un peu plus sur le profil de Georges Bodol (bien Bodol) alors que l’enquête pour retrouver le ou les auteurs du meurtre du quinquagénaire se poursuit. Pour rappel, l' homme âgé de 55 ans a été retrouvé hier, mardi, ligoté dans sa voiture sur le parking de Carrefour Dillon, il est décédé peu après.

    Homme retrouvé ligoté : On en sait un peu plus sur le profil de la victime
Au lendemain du drame qui a touché une famille spiritaine, l'émotion est toujours palpable dans la commune et tous se demandent comment un tel drame a pu se produire. Personne ne connaissait d'ennemis à Georges Bodol, maçon, père de deux enfants. Le quinquagénaire travaillait pour une association."C'était un bon vivant, ce n'était pas un drogué ni un alcoolique, il avait la joie de vivre, il n'était pas bagarreur...", se rappelle son frère.

"C'est incompréhensible"

Les habitants du quartier Bontemps-Lacourt au Saint-Esprit ont encore du mal a réaliser que cet homme qu'ils connaissaient, qui n'était pas connu pour avoir des problèmes particuliers, a pu disparaître de façon aussi dramatique. Ses proches ne lui connaissaient que peu de vices : la cigarette, et... peut - être les femmes. Le choc passé, certains imaginent même les scénarios possibles."A mon avis, c'était un guet apens, mais reste à savoir pourquoi, on ne sait pas. Il était grand, pour le mettre dans une voiture il faut au moins être deux, c'est incompréhensible", indique le frère de Georges Bodol.

Du côté de l'enquête, peu d'éléments ont filtré pour l'instant, les officiers de la police judiciaire ont perquisitionné le domicile de la victime mardi soir, ils vont également porter une attention toute particulière aux caméras du centre commercial afin de tenter d'identifier le ou les auteurs des faits.

La famille sait qu'elle devra attendre l'autopsie avant de pouvoir récupérer le corps de Georges Bodol et peut-être pouvoir commencer à faire son deuil.

Audrey Ollon et Cédric Catan