8 mars : portraits de deux soignantes Martiniquaises

Par 08/03/2021 - 11:28
01/01/2020 - 00:00

À l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, RCI consacre deux portraits à celles qui ont été au front depuis un an, celles qui accompagnent les patients atteints du Covid. Elles s'appellent Armelle JEAN-ETIENNE et Jacqueline IMBART, l'une est médecin, l'autre aide-soignante dans un EHPAD, et toutes deux sont des soignantes.

    8 mars : portraits de deux soignantes Martiniquaises
Jacqueline Imbart ®HR / RCI Martinique

En ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes, RCI vous propose deux portraits de soignantes. Des femmes inspirantes, qui déterminées, et essentielles, que nous avons souhaité mettre à l'honneur.


Armelle Jean-Etienne, un médecin qui met sa passion du sport au service des patients


Armelle Etienne est une médecin martiniquaise de 41 ans. Rééducateur à Mangot-Vulcin, elle a, avec son équipe, avec son équipe, suivi et remis sur pied les malades gravement atteints par la covid. Des collègues soudés, qui ont su garder la tête hors de l'eau durant cette année particulièrement intense.

À posteriori on s'en est bien sorti, on était très fiers de voir les patients partir en marchant.

Ancienne Nageuse et médecin rééducateur depuis 13 ans, Armelle Jean-Etienne est aussi médecin du sport, présidente de la société martiniquaise de médecine du sport et de l'exercice, et membre de l'ordre des médecins. Deux passions déterminantes dans son choix de carrière : « Je voulais surtout que ça associe sciences et sport » dit-elle.


Malgré la féminisation de la profession, il reste, selon Armelle Jean-Etienne, du travail à faire en milieu hospitalier pour entendre la parole des femmes au même titre que celle des hommes.


Le reportage d'Hanna Roseau :


Jacqueline, la « Madame Fleur » de l'Ehapd


Jacqueline Imbart est aide-soignante depuis 14 ans à l'EHPAD Terre Village, à Terreville. À 68 ans, cette femme met toute son énergie pour le bien-être des résidents, et de ses proches, et cela passe par le partage de sa passion : les fleurs.


Quelle que soit l'heure de mon travail, que j'arrive à 4 h ou 5 h du matin, je décore tout l'Ehpad.


Plus qu'un loisir, les fleurs sont aujourd'hui pour Jacqueline un remède à la mélancolie : des compositions qu'elle fait elle-même, aux milles couleurs, qui aident ses résidents à garder le moral, et fait aussi le bonheur des familles venues rendre visite, et ce encore plus aujourd'hui.


Normalement, ici, il y a toujours des fleurs, qu'il pleuve, qu'il grêle, mais là avec le Covid il y a encore plus de fleurs.


Et cette joie transmise par les fleurs, Jacqueline espère la poursuivre bien au-delà de son travail, car cette joyeuse femme est bientôt en âge de partir à la retraite, mais elle compte bien égayer encore longtemps les couloirs de l'Ehpad Terre Village.


Le reportage d'Hanna Roseau :

Tags