[VIDEO] Violences à Fort-de-France : au moins 5 policiers blessés, pillage et désolation

Par 01/08/2021 - 11:01 • Mis à jour le 01/08/2021 - 10:29

Parmi les forces de l'ordre, qui ont fait l'objet de tirs à balles réelles selon le syndicat, au moins cinq policiers ont été blessés dans les violentes émeutes qui se sont déroulées hier soir (samedi 31 juillet). Pillages et incendies sont aussi déplorés ce matin.

    [VIDEO] Violences à Fort-de-France : au moins 5 policiers blessés, pillage et désolation
Le vaccinodrome de Sainte-Thérése est parti en fumée hier soir ©RS

C'est une véritable montée de violence qu'à connu Fort-de-France hier soir peu après 22 heures.

Des émeutiers ont en effet tiré à balle réelle sur les forces de l'ordre, et cinq policiers ont été blessés selon le syndicat SGPFO Police. Un scénario choquant, que dénonce Jimmy Hélénis, secrétaire départemental de l'unité SGPFO Police :

Nous avons des manifestants qui ne manifestent pas contre les mesures gouvernementales mais qui veulent en découdre avec la police nationale, et qui clairement s'attaquent aux bien et aux personnes. Nous avons des fonctionnaires qui ont été blessés, nous avons subi des tirs à balles réelles. Ce que nous voyons aujourd'hui clairement a dépassé un niveau

Outre les blessés à déplorer, le vaccinodrome de Sainte-Thérèse et les abords de la pharmacie ont été incendiés, laissant ce matin cendres et désolation.

Incendie vaccinodrome
Le vaccinodrome de Sainte-Thérèse a été incendié hier lors des émeutes ©RS

Des véhicules et détritus sont aussi partis en fumée sur l'avenue Maurice Bishop.

Voiture incendiée
Véhicule et poubelle incendiées à Sainte-Thérèse ©MP / RCI Martinique

En parallèle, plusieurs enseignes ont été pillées. C'est le cas d'Inter Sport à Dillon. Les pillards ont réussi à remonter le rideau du magasin pour y pénétrer et emporter du matériel. 

Dans un communiqué, la préfecture indique que des enquêtes seront diligentées pour sanctionner les auteurs de ces actes de violence, et que trois casseurs présumés ont d'ores et déjà été interpellés. Elle précise :

Le préfet de la Martinique Stanislas Cazelles, condamne fermement ces violences inadmissibles, alors même que le territoire est durement éprouvé par une crise sanitaire sans précédent

Tags