Orage volcanique et panne générale d'électricité à Saint-Vincent

Par Lola-Jeanne Cloquell et AFP 11/04/2021 - 07:33
01/01/2020 - 00:00
Saint-Vincent

Tôt ce matin (dimanche 11 avril), vers 2 heures, un orage volcanique a provoqué un black out sur l'île de Saint-Vincent, plongeant la majorité du territoire dans le noir. Un orage lié à une éruption explosive survenue durant la nuit, la plus forte depuis vendredi selon les scientifiques.

    Orage volcanique et panne générale d'électricité à Saint-Vincent
Maison écroulée sous le poids des cendres volcaniques de la Soufrière dans le village de Sandy Bay ©Trinidad and Tobago weather center

Orage volcanique et panne générale d'électricité

La situation est plus que préoccupante à Saint-Vincent. L'éruption explosive de la Soufrière qui a débuté vendredi provoque d'énormes difficultés. 

Tôt ce matin, vers 2 heures, un orage volcanique a provoqué un black-out. Un orage lié à une éruption explosive survenue durant la nuit, la plus forte depuis vendredi selon les scientifiques. 

L'Organisation nationale de gestion d'urgence (NEMO) a ainsi noté "un autre événement explosif" tôt dimanche avec "la majorité du pays couverte de cendre et sans électricité".

Manque d'eau potable

La majorité de l'île est donc privée d'électricité. L'eau n'est quasiment plus potable à cause des retombées de cendres dans les rivières. Et il y aussi des risques de pillages dans les zones évacuées.

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé samedi que l'eau courante avait été coupée dans la grande majorité du pays, dont l'espace aérien a été fermé du fait des cendres. Plus de 3.000 personnes ont par ailleurs passé la nuit dans des abris.

"Nous faisons face à une énorme opération", a souligné le responsable en décrivant les multiples défis posés par l'éruption du volcan: couche épaisse de cendres, coupures d'eau, fermeture de l'espace aérien, pollution atmosphérique, risque de pillages dans les zones évacuées...

Un phase éruptive qui pourrait durer encore plusieurs jours

Plusieurs navires ont ainsi été dépêchés ce week-end pour évacuer la population, vers le sud de l'île mais également vers Sainte-Lucie. Le Premier ministre a ajouté être en contact avec plusieurs pays qui souhaitent apporter leur aide. Le Guyana et le Venezuela ont d'ores et déjà fait appareiller des navires avec de l'aide d'urgence, a-t-il précisé.

La phase éruptive pourrait durer encore plusieurs jours, voire des semaines, selon le Centre de recherche sismologique de l'Université des Indes Occidentales (UWI) de Trinidad-et-Tobago, qui a conseillé aux résidents de tout faire pour éviter de respirer la cendre.

Tags