Il y avait des Boas en Guadeloupe et en Martinique

Par 19/05/2020 - 07:47
01/01/2020 - 00:00

Des chercheurs ont trouvé des os de Boas, preuves inédites de l’existence de ces grands serpents en Guadeloupe et en Martinique à la période précolombienne (il y a 1000 ou 2000 ans ). L’étude vient de paraître dans « Journal of Island and Coastal Archaeology ».

    Il y avait des Boas en Guadeloupe et en Martinique

Jusque là, les chercheurs n’avaient pas encore démontré l’existence de Boas en Guadeloupe et en Martinique, faute de découverte d’ossements. Finalement, ce sont bien des vertèbres de Boas qui ont été trouvées sur des chantiers archéologiques, en Guadeloupe (à la Désirade et à Basse-terre) et en Martinique (au Diamant). Des découvertes qui démontrent l’extinction de ces serpents sur ces îles, sans doute pendant la période coloniale, précisent les spécialistes. L’arrivée des colons aurait marqué la fin de l’espèce.

La forme de ces ossements, exceptionnellement travaillés, démontre de son côté l’importance particulière des Boas pour les populations amérindiennes. Ils sont en effets les seuls serpents dont les vertèbres ont été transformées, vraisemblablement en perles.

Cela explique aussi pourquoi ces ossements étaient plus difficiles à trouver que d’autres. Corentin Bochaton archézoologue (spécialiste de l'étude des ossements animaux dans les sites archéologiques), est chercheur au CNRS, rattaché à l’Université de Bordeaux et auteur de l’étude qui vient de paraître sur cette trouvaille dans « Journal of Island and Coastal Archaeology » :

 

Photo : Illustration d'un Boa par Eydoux & Souleyet (1852)

 

Tags

A lire également

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.